DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Alstom : Accord de principe entre Paris et Bouygues

Vous lisez:

Alstom : Accord de principe entre Paris et Bouygues

Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement décroche une option d’achat sur 20 % des actions actuellement détenues par Bouygues, ce qui lui permettrait d‘être majoritaire au conseil d’administration d’Alstom. Une victoire pour le ministre de l‘Économie, Arnaud Montebourg, qui n’a pas encore convenu du prix final de rachat de ces actions. “Il n’y a pas de prix qui est fixé dans l’accord, car, comme vous le savez, il s’agit d’une société cotée dont le prix fluctue en fonction de l‘évolution du marché. Bouygues s’est engagé à nous vendre. Nous exercerons ce droit lorsque nous y aurons intérêt, dans l’intérêt des finances publiques. Mais ce qui est intéressant, c’est que Bouygues nous a prêté ces actions pour que nous entrions immédiatement dans le capital d’Alstom, exercions le pouvoir à hauteur de 20 % avec nos administrateurs qui remplaceront les siens”, insiste le ministre de l’Economie”, précise Arnaud Montebourg ce dimanche 22 juin, sur le plateau du 20h de France 2.

À compter de la finalisation du rapprochement Alstom / GE, prévue début 2015, l’Etat pourrait ainsi pendant 20 mois racheter 20% du capital d’Alstom soit auprès de Bouygues, soit directement sur le marché. Paris ne pourra exercer son option auprès de Bouygues que si le cours de Bourse est à ce moment-là “supérieur ou égal” à 35 euros, moins une décote qui, a précisé Bouygues, sera comprise entre 2 % et 5 %.

General Electric a pour sa part promis de racheter la branche énergie d’Alstom pour plus de 12 milliards d’euros. Une somme que le groupe français prévoit en partie réinvestir dans sa branche transports et dans ses coentreprises.