DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les cimetières radioactifs en Europe sont-ils sans risque ?


insiders

Les cimetières radioactifs en Europe sont-ils sans risque ?

En partenariat avec

Que faire des déchets nucléaires ? Les enterrer sous le sel, le granit ou l’argile ? Comment la France et la Finlande gèrent-elles ce problème ? Les centres de stockage radioactifs seront-ils vraiment sans risque ?

A Bure, dans l’est de la France, est installé le laboratoire de recherche souterrain ultra-sécurisé de l’ANDRA, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs.
La France projette d’enfouir ses 80.000 mètres cubes de déchets radioactifs dans une épaisse couche d’argile qui n’a pas bougé depuis 160 millions d’années, au grand dam des militants anti-nucléaires.

La Finlande a une autre approche: l’enfouissement des déchets radioactifs dans la roche mère. A l’ouest du pays, un immense complexe nucléaire est basé sur la presqu’île d’Olkiluoto Une cavité de 450 mètres de profondeur, parcouru par cinq kilomètres de route est en train d‘être construite. Selon le plan établi, à partir de 2020, l’industrie nucléaire finlandaise y stockera tous les déchets produits par ses centrales depuis 1996. L’opération est prévue pour durer 100 ans. Puis les cavités seront rebouchées pour rester fermer pendant 100.000 ans.

Esa Härmälä, Directeur général du Département de l‘énergie au ministère finnois de l’Economie, explique le choix de l‘énergie nucléaire et le centre d’enfouissement des déchets nucléaires. Euronews l’a rencontré à Helsinki. Pour écouter son interview, merci d’utiliser ce lien.
Bonus interview: Esa Härmälä

Entretien avec la militante anti-nucléaire française Corinne François (Bure arrêt 55), qui lutte contre le dépôt des déchets nucléaires prévu à Bure (Meuse / Haute-Marne). Euronews l’a rencontrée à Bar-le-Duc. Pour écouter son interview, merci d’utiliser ce lien.
Interview bonus : Corinne François, militante anti-nucléaire

Entretien avec le militant anti-nucléaire français François Mativet (Bure Zone Libre), qui lutte contre le dépôt de déchets nucléaires prévu à Bure (Meuse / Haute-Marne). Pour écouter son interview, merci d’utiliser ce lien.
Interview bonus : François Mativet, militant anti-nucléaire

Voici un lien que vous pouvez utiliser pour écouter l’interview d’Alain Rolland, directeur technique de l’ANDRA à Bure; il explique les raisons pour lesquelles la France veut mettre ses déchets nucléaires dans un centre de stockage souterrain. Utilisez ce lien.
Interview bonus : Alain Rolland, directeur technique de l’ANDRA

Le choix de la rédaction

Prochain article

insiders

Première Guerre mondiale : vers un devoir de mémoire collectif ?