DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Etats-Unis découvrent la fièvre du football

Vous lisez:

Les Etats-Unis découvrent la fièvre du football

Taille du texte Aa Aa

L’Empire State Building aux couleurs de la bannière américaine : New York soutient à sa manière l‘équipe nationale de football qualifiée pour les huitièmes de finale du Mondial au Brésil.
Preuve que l’engouement pour ce que les Américains sont les seuls à appeler “le soccer” prend de l’ampleur aux Etats-Unis.

25 millions de téléspectateurs ont regardé le match contre le Portugal, un record. A titre de comparaison, la finale de la NBA avait réuni 18 millions de personnes derrière leur écran, le Superbowl, 108 millions.

Cet enthousiasme inédit se concrétise par une augmentation des ventes de maillots et autres produits dérivés.
Pour autant, le football reste le parent pauvre des sports américains.

“Les stars de la Ligue majeure de baseball gagnent vingt millions de dollars par an”, explique Noah Frank, journaliste sportif pour la radio WTOP. “Même si quelques stars sont bien payées, un joueur de la ligue de soccer gagne en moyenne 36 000 dollars. C’est un salaire à peine convenable ne serait-ce que pour vivre dans la plupart des villes où ces joueurs évoluent”, indique-t-il.

21 footballeurs de la ligue nord-américaine de soccer participent au Mondial au Brésil, dont dix Américains.

“Le football a toujours un désavantage majeur aux Etats-Unis par rapport aux autres grands sports professionnels : l’argent. Le baseball, le basketball, le hockey sur glace et le football américain génèrent des milliards de dollars et dominent le marché. Mais peut-être que l’enthousiasme suscité par la Coupe du monde va changer la donne”, conclut Stefan Grobe, le correspondant d’euronews aux Etats-Unis.