DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sarajevo : cent ans après l'assassinat de l'archiduc

Vous lisez:

Sarajevo : cent ans après l'assassinat de l'archiduc

Taille du texte Aa Aa

Il y a un siècle jour pour jour surgissait l‘évènement qui a entraîné le monde dans un conflit sans précédent : l’assassinat à Sarajevo en Bosnie de l’archiduc François-Ferdinand, l’héritier de l’empire austro-hongrois.

Les cérémonies de commémoration se font dans la division. Considérant l’assassin Gavrilo Princip comme un héros, les dirigeants serbes de Bosnie ont décidé de boycotter ces cérémonies dont le point d’orgue est un concert de l’Orchestre philharmonique de Vienne ce samedi.

“C’est fantastique, indiquait ce matin lors des préparatifs Sabahudin Seleskovic, un retraité de Sarajevo. Cependant, je n’aime pas la guerre ni ces commémorations. Je préfèrerais voir une commémoration marquant 100 ans de paix”.

“Concernant l’atmosphère, le plus important pour moi, c’est que les touristes soient venus, a ajouté Mehmed Alicehajic, un autre retraité. À part ça, ça ne m’intéresse pas. Parce qu’on ne devrait pas nous blâmer pour toutes les guerres qui se sont produites”.

Vendredi, les Serbes de Bosnie ont inauguré une statue de Gavrilo Princip dans la partie serbe de Sarajevo. L‘étudiant nationaliste avait 19 ans au moment de l’attentat. Les Serbes de Bosnie organisent leurs propres festivités à Visegrad, dans l’est du pays.

Cinq semaines après l’attentat contre l’héritier de l’empire austro-hongrois, les grandes puissances européennes sont entrées en guerre, entraînées par leurs rivalités, leurs peurs, leurs alliances et l’aveuglement de leurs dirigeants.

Avec AFP, AP et Reuters