DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

EIIL : un califat... jusqu'où?


Irak

EIIL : un califat... jusqu'où?

Avec l’avancée de l’EIIL en Irak, le génie du sectarisme s’est bel et bien échappé, en balayant sur son passage les frontières des Etats.

Après s‘être emparé de Fallujah en janvier, c’est quelque part à la frontière entre la Syrie et l’Irak que les djihadistes de l’EIIL triomphaient suite à leur offensive fulgurante lancée le 9 juin.

La province de Diyala, à l’est, est à présent sous le contrôle des djihadistes, mais aussi la province de Ninive au nord, avec sa capitale Moussoul.

L’EIIL revendique le contrôle d’une zone allant de Raqqa en Syrie jusqu’aux portes de Bagdad. Suffisant pour proclamer un califat qu’ils promettent d‘étendre de la Méditerranée jusqu’en Iran.

L’EIIL n’a jamais fait allégeance au chef d’Al Qaïda, Ayman al-Zawarhiri, mais partage la même idéologie djihadiste, et veut installer un Etat islamiste dépassant les frontières actuelles.

Selon Charles Lister du Brookings Doha Centre, ils seraient entre 6 000 et 7 000 combattants en Syrie, et entre 5 000 et 6 000 en Irak.

L’EIIL est aussi l’un des groupes djihadistes les plus riches au monde, ce qui explique leur stupéfiante progression en Irak.

Selon l’analyste Firas Abi Ali, “les financements de l’EIIL lui permettent certainement de s’imposer et de gagner plus de territoires. Ils lui permettent de s’acheter des fidélités, de corrompre des fonctionnaires ou d’autres groupes afin qu’ils s’engagent à ses côtés. Le groupe a des financements grâce au contrôle d’un certain nombre de points énergétiques en Syrie, ils ont aussi pu extorquer de l’argent à des entreprises dans les villes en Irak“.

L’EIIL a mis en alerte tous les pays riverains, dont la Jordanie. Il ne semble pas bénéficier du soutien ouvert d’un Etat, mais, selon les experts, de donateurs individuels, pour la plupart dans le Golfe Persique.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Hong Kong rêve de démocratie