DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'Ukraine accusée de "torpiller" les négociations de paix


Ukraine

L'Ukraine accusée de "torpiller" les négociations de paix

Les séparatistes pro-russes appellent à un nouveau cessez-le-feu après la reprise des combats ce mardi dans l’est de l’Ukraine. Les forces gouvernementales, appuyées par l’aviation, ont lancé leur offensive.

A Kramatorsk des tirs d’origine inconnue ont fait quatre morts dans un petit autobus.

Les chefs de la diplomatie allemande, française, russe et ukrainienne se réuniront à Berlin ce mercredi pour tenter de relancer les négociations.

Petro Porochenko a refusé de prolonger la trêve lundi soir, estimant que les rebelles ne respectaient pas les prérogatives de son plan de paix. Le président ukrainien s’inquiète notamment de la porosité de la frontière, qui laisserait passer armes et combattants venus de Russie, d’après lui.

Le Kremlin a, lui, accusé l’Ukraine de “torpiller” le processus de paix.

“Malheureusement, le président Porochenko a pris la décision de relancer l’opération militaire. Et nous n’avons pas été en mesure – et quand je dis “nous”, je parle de moi et de mes collègues européens – de le convaincre que la route vers une paix solide et durable ne pouvait pas être celle de la guerre”, a ainsi déclaré Vladimir Poutine.

Pour le président russe, son homologue ukrainien porte la responsabilité de la situation aussi bien au niveau militaire que politique.

“C’est une manière de faire du chantage à l’Ukraine” estime Volodymyr Fesenko, analyste politique ukrainien. “C’est la tactique de la Russie. Les Russes et les séparatistes ne cherchent pas la paix. Ils utilisent la question du cessez-le-feu comme méthode tactique”.

Le cessez-le-feu avait été, d’ailleurs, très souvent bafoué par les rebelles.

Depuis le 13 avril, date de la première offensive ukrainienne dans l’est du pays, les combats ont fait près de quatre-cent cinquante morts.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Présidence italienne de l'UE : duel Renzi-Grillo en perspective