DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Présidence italienne : la croissance et encore la croissance


Le bureau de Bruxelles

Présidence italienne : la croissance et encore la croissance

C’est un Matteo Renzi très passionné qui a tenu son premier discours devant le Parlement européen. L’Italie prenant la présidence de l’Union pour six mois, son premier ministre a appelé à sortir des sentiers battus pour retrouver la croissance. Pour ce dirigeant de centre-gauche, l’une des clés, c’est l’investissement.

“ Nos prédécesseurs ont signé, tous ensemble, un pacte qui s’appelle pacte de stabilité et de croissance. Il y a la stabilité mais il y a aussi la croissance, et la recherche de la croissance comme élément fondamental de la politique économique européenne, ce n’est pas un pays seul qui la fait. Cela sert toute l’Europe et pas seulement l’Italie”, a-t-il dit en s’adressant aux eurodéputés qui tenaient leur première session plénière depuis les élections du 25 mai.

Matteo Renzi a aussi réclamé plus de solarité européenne pour gérer les flux migratoires. L’Italie est l’un des pays les plus exposés, et les drames de l’immigration sur ses côtes sont incessants.

“ Après avoir écouté le discours en entier, je ne suis pas certaine de savoir ce que sera la présidence italienne. Il n’y a pas eu de programme, pas de vision particulière, néanmoins, il a relancé le débat sur les politiques économiques et fiscales dans l’Union européenne “, a commenté l’eurodéputée libérale Sophie in’t Veld.

Matteo Renzi est l’homme du moment en Europe grâce au succès électoral de son parti aux européennes (40%). Il a certes rouvert le débat sur la croissance mais l‘économie italienne continue de stagner et cela affaiblit sa position. Après les mots, l’Europe attend désormais des résultats pour faire de lui un leader européen crédible.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Martin Schulz réélu président du Parlement européen : les europhobes lui mèneront la vie dure