DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Europe face aux Amériques en quart au Brésil

Vous lisez:

L'Europe face aux Amériques en quart au Brésil

Taille du texte Aa Aa

Des 8èmes de finale intenses

4 équipes d’Amérique Latine et 4 équipes européennes s’affrontenront vendredi et samedi en quarts de finale. Ces 8 rescapés du Mondial-2014 vont profiter de ces 48 heures sans match pour récupérer.

La première phase a été très intense, 5 des 8 matches ont connu des prolongations. C’est aussi la première fois dans l’histoire de la compétition que tous les premiers de chaque groupe se qualifient pour les quarts de finale.

Le Brésil est sous pression. La Seleçao ne rassure pas vraiment et a dû arracher sa qualification aux tirs au but pour se débarrasser du Chili en huitième de finale. Le sauveur n’est autre que le gardien Julio Cesar.

La Colombie est l’une des équipes les plus impressionnantes. Les trois succès lors de la première phase et sa confortable victoire sur l’Uruguay ont déjà consacré l’approche technique des Cafeteros, James Rodriguez est pour l’heure, le meilleur buteur du Mondial.

Les Pays-Bas ont eu très chaud, qualification in extremis face au Mexique, 2 buts à 1 grâce à une égalisation tardive de Sneijder et un penalty polémique obtenu par Robben dans le temps additionnel. La série noire continue pour le Mexique.

Le Costa Rica a poursuivi son incroyable parcours au Mondial et a réussi l’exploit de se qualifier pour le premier quart de finale de son histoire grâce à un succès aux tirs au but sur la Grèce.

La France arrache son ticket dans la douleur face au Nigeria. Quatre ans après le fiasco et la honte, les Bleus de Deschamps reviennent au premier plan : des buts, du spectacle, une jeunesse flamboyante. Les Français sont réconciliés avec leur sélection.

L’Allemagne a sérieusement écorné son statut de favori contre l’Algérie, victoire 2 buts à 1 à l’issue des prolongations et d’un match fou. Soulagement pour la Nationalmannschaft qui a été poussée dans ses derniers retranchements par une vaillante Algérie.

L’Argentine s’est fait peur pour battre la Suisse. La Nati, qui rêvait d’accéder aux quarts de finale pour la première fois depuis 1954, est passée très près d’un exploit retentissant. Angel Di Maria a coupé court au rêve.

Malgré les multiples occasions, la Belgique a dû jouer les prolongations pour venir à bout des Américains 2 buts à 1. Cette victoire lui permet d’accéder aux quarts de finale pour la première fois depuis 1986, la dernière époque dorée des Diables rouges.

A suivre vendredi en quarts de finale France-Allemagne, un rendez-vous chargé d’histoire. Le Brésil affronte la Colombie.
Samedi, l’Argentine défiera la Belgique puis le Costa-Rica fera face aux Pays-Bas.

La fièvre du football s’empare des Etats-Unis

Au pays de l’oncle Sam , le football est en train d’acquérir ses lettres de noblesse. Le Mondial et la belle aventure de l‘équipe nationale attirent les foules. Le ballon rond, c’est aujourd’hui tendance aux Etats-Unis.

Cette fois c’est sûr : les Etats-Unis se sont convertis au football.
A voir les milliers de supporteurs qui se sont rassemblés à Redondo Beach, station balnéaire au sud de Los Angeles, pour suivre le match Etats-Unis-Belgique, le pays a changé son regard sur le “soccer”, une discipline longtemps dénigrée ici et réservée aux enfants et aux femmes.

Pendant 3 semaines, les Américains ont suivi avec passion le parcours de leur équipe. Les chaînes de télévision ont battu des records d’audience. 15 millions de téléspectateurs pour le match USA-Allemagne, 22 millions pour le nul contre le Portugal un record pour un match de foot. Gardien d’Everton, Tim Howard a beaucoup fait pour la publicité du football aux Etats-Unis. Même le président Barack Obama, s’est laissé prendre au jeu.

Dernière star à filer aux Etats-Unis : l’international brésilien Kaka qui quitte le Milan AC pour rejoindre Orlando City. Avant le début de la saison en janvier 2015, il sera prêté à son premier club, Sao Paulo.

Le pénalty parfait

Quand la science s’empare du football. Introduit il y a 123 ans, le penalty reste un moment de stress intense. Une nouvelle étude en provenance de Bath en Angleterre vient nous expliquer comment exécuter le parfait pénalty.

Pour atteindre le succès, trois étapes sont nécessaires explique le Dr Ken Bray à l’origine de l‘étude. Un : pas de place au hasard, le coach doit choisir qui va tirer. Deux : le joueur doit se préparer mentalement : évacuer le stress, ne pas se laisser déconcentrer.Trois : utiliser la bonne technique de placement, qui consiste à tirer le ballon au-delà de “l’enveloppe de plongée” du gardien.

“Nous avons défini ce que nous appelons “la plongée parfaite”, qui est la contrainte maximale du gardien pour tenter de neutraliser un pénalty explique le chercheur. Si le joueur parvient à placer le ballon en dehors de cette enveloppe de plongée, il devrait réussir presque à 100% “.

Selon ses recherches, l’Allemagne a le taux de réussite de pénalty le plus élevé avec 83 % de tirs réussis suivie par l’Argentine.

D’autres expériences ont montré qu’un gardien vêtu de rouge ne laissait passer que 54 % des penalties, contre 69 % pour un maillot jaune.