DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Salaire minimum en Allemagne : une révolution sociale


économie

Salaire minimum en Allemagne : une révolution sociale

C’est une révolution sociale qui a eu lieu jeudi en Allemagne oú les députés ont adopté à une écrasante majorité le principe du salaire minimum même s’il y aura des exceptions.
Le vote du salaire minimum était la condition majeure posée par le SPD pour former une coalition gouvernementale avec la CDU d’Angela Merkel.
A partir de l’an prochain, un salaire plancher de 8 euros 50 bruts de l’heure a été voté par 535 députés du Bundestag sur 601 suffrages exprimés.

“Si vous allez acheter des fleurs auprès d’une charmante vendeuse ou si vous appelez un centre d’appel pour avoir un renseignement, a expliqué la ministre du Travail Andrea Nahles devant les députés, vous pouvez être sûrs que dans ces endroits, le salaire minimum sera appliqué. A partir de janvier prochain quatre millions de personnes dormiront mieux, vivront mieux et sauront que leurs efforts ont payé”.

Le taux horaire allemand du salaire minimum se situera entre les taux français et britanniques qui culminent respectivement à 9 euros 53 et 8 euros 19.

En Allemagne, de nombreuses exceptions ont été introduites, comme pour les apprentis en formation, les chômeurs de longue durée pendant six mois ou les livreurs de journaux et les saisonniers agricoles, ajoutés à la liste peu avant le vote. Ces dérogations ont été négociées pied à pied afin d’assurer le soutien le plus large possible au projet de loi.

Selon les estimations du SPD, quatre millions de salariés, sur les 42 millions d’actifs que compte l’Allemagne, devraient voir gonfler leur fiche de paie au 1er janvier 2015, quand le salaire minimum s’appliquera aux secteurs non régis par un accord de branche, et un million de plus en 2017, quand il s‘étendra à tous.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

La BCE a décidé d'espacer ses réunions de politique monétaire