DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Parfum de revanche pour France-Allemagne

Vous lisez:

Parfum de revanche pour France-Allemagne

Taille du texte Aa Aa

Dans ce nouveau numéro du Corner consacré à la Coupe du monde, on va s’intéresser aux quarts de finale de cette vingtième édition.

A Fortaleza, ce sera entre le pays hôte et la Colombie, autrement dit entre la Seleçao et les Cafeteros.

Mais avant cela, plus au sud, le stade du Maracana servira de cadre au duel très attendu entre la France et l’Allemagne.

France-Allemagne, un match pas comme les autres

Exorciser les démons de Séville 82 et du Mexique 86 : c’est ce que tout un pays attend de la bande à Deschamps.

Les Bleus n’ont plus rencontré les Allemands depuis les demi-finales perdues par la génération Platini.

Pour ce choc dans le temple du football, l‘équipe de France peut compter sur le retour en défense de Mamadou Sakho.

En attaque, une seule incertitude : savoir qui d’Olivier Giroud ou d’Antoine Griezmann va épauler Karim Benzema et Mathieu Valbuena ?

Des interrogations, il y en a davantage concernant le 11 de départ de la Mannschaft.

Joachim Löw assure que sept de ses joueurs sont légèrement malades, tandis que Shkodran Mustafi, touché à la cuisse gauche, ne jouera plus d’ici la fin de la compétition.

Du coup, le capitaine Philippe Lahm pourrait récupérer son poste d’arrière droit.

A noter cette statistique presque irréelle : c’est la 17e fois en 18 participations que les Allemands sont en quarts de finale !

La Colombie fait peur au Brésil

Mettre une sixième étoile sur leur maillot : c’est l’unique objectif assigné aux joueurs de la Seleçao.

Neymar et ses coéquipiers ont tremblé en huitièmes de finale et pour ce quart, ils sont privés de leur milieu de terrain Luiz Gustavo, suspendu, qui devrait être suppléé par Paulinho.

Habituels titulaires, Hulk, Oscar et Fred devront hausser leur niveau de jeu sous peine de voir leur Mondial s’achever prématurément.

Le “jogo bonito”, le beau jeu, ce n’est pas du côté du Brésil qu’il faut le chercher mais plutôt du côté de la Colombie.

Les Cafeteros ont signé jusque-là un parcours sans faute avec quatre victoires en quatre matches, qui plus est en y joignant la manière.

Symbole de cette réussite : le monégasque James Rodriguez, élu meilleur joueur du premier tour et actuellement meilleur buteur du tournoi avec cinq réalisations.

Une psy au chevet de la Seleçao

Le sélectionneur du Brésil Luiz Felipe Scolari a appelé en urgence une psychologue avec qui il travaille depuis plus de 15 ans.

Regina Brandao va essayer de redonner de la confiance à des joueurs qui ont souffert mentalement en huitièmes de finale.

Certains joueurs ont fondu en larmes avant la séance des tirs aux buts face au Chili, comme Julio Cesar, Neymar, et le capitaine Thiago Silva.

Ce dernier ne voulait pas faire partie des cinq tireurs, et il a même demandé à frapper son penalty – si besoin était – en onzième et dernière position, donc après son gardien.

Mental en porcelaine ou hypersensibilité ? C’est le débat qui anime le Brésil.

On parie ?

L‘équipe sport d’euronews est loin d‘être aussi perspicace que feu Paul le poulpe.

Vous avez pu vous en rendre compte lors du premier tour et des huitièmes de finale.

Voyons quand même nos pronostics pour les matches du jour et n’oubliez pas que vous pouvez nous envoyer vos commentaires sur les réseaux sociaux avec le hashtag TheCornerScores.

On prédit des succès 2-1 de la France contre l’Allemagne et de la Colombie contre le Brésil.

Retour triomphal pour les Fennecs

Des milliers de fans avaient envahi les rues d’Alger pour ovationner les Fennecs, qui pourtant ne sont pas allés au-delà des huitièmes de finale.

Alors imaginez ce qui se serait passé s’ils avaient gagné la Coupe du monde !

De la descente de l’avion à la résidence du chef de l’Etat, en passant par le bus à impériale sur lequel ils ont défilé, Sofiane Feghouli et ses partenaires n’ont cessé d’entendre les clameurs de la foule.

Il faut dire qu’en huitièmes de finale, ils ont seulement été battus par l’Allemagne, après prolongation.

Le sélectionneur Vahid Halilhodzic, en fin de contrat, a été le plus applaudi.

Même le président Abdelaziz Bouteflika lui a demandé de rester à son poste.