DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Peindre avec ses larmes

Vous lisez:

Peindre avec ses larmes

Taille du texte Aa Aa

Il a inventé une nouvelle façon de peindre. Dans son studio près de Buenos Aires, l’artiste argentin Léandro Granato, qui se revendique “inventeur d’un tout nouveau style dans le monde de l’art”, en met plein les yeux aux visiteurs avec une nouvelle technique picturale qui, à l’origine, avait plutôt vocation thérapeutique.

“Quand mon grand-père est décédé, j’ai dû organiser ses funérailles, mais je n’arrivais pas à exprimer ma douleur ni à pleurer. Quand j’ai commencé à peindre, après deux ans de peinture corporelle, je me suis dit, pourquoi je ne peindrais pas avec mes larmes ? J’ai alors fait des recherches sur le sujet et après deux ans de perfectionnement, j’ai peint ma première toile”, explique Leandro Granato.

Concrètement, l’artiste pleureur “sniffe” littéralement un mélange d’aquarelles qu’il projette ensuite sur la toile via ses canaux lacrymaux.

À 28 ans, ce jeune peintre émergent est encore novice sur la scène artistique. Bien qu’il ait affiné sa technique depuis 2009, ce n’est que depuis l’année dernière qu’il tente de se faire connaître et de mettre en avant sa spécialité.

“Ma technique pourrait attirer l’attention de manière plus importante, mais elle provoque souvent une sorte de répulsion. Elle peut susciter la curiosité ou troubler de façon négative. Mais ce qui est bien, et c’est valable pour n’importe quel spectacle, c’est que cette technique évoque des émotions chez les gens”, dit l’artiste.

Léandro Granato cherche actuellement des galeries d’art susceptibles d’exposer ses toiles. Parallèlement, il veut continuer à développer son style dans l’espoir que de plus en plus de monde jette un œil sur son art et ses créations.