DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les Palestiniens de Choufat, les "laissés pour compte" de Jérusalem


Israël

Les Palestiniens de Choufat, les "laissés pour compte" de Jérusalem

Depuis le kidnapping et le meurtre du jeune Mohammed Abou Khdeir, dont on sait maintenant qu’il a bien été brûlé vivant, la peur se ressent dans tout le quartier de Chouafat, à Jérusalem-Est. Peur de nouveaux enlèvements, peur de l’insécurité.

“ Nous, on ne se sent plus en securité, et on va protester, on ne va pas se taire, promet cette femme. En tant que mère, si on pouvait on les aurait détruit de nos mains. On ne veut pas que les Israéliens viennent dans nos quartiers.”

Certains accusent même la police israélienne de couvrir les auteurs du rapt et du meurtre du jeune Palestinien. ils rappellent, en nous les montrant, que le quartier est truffé de dizaines de caméras de surveillance.

Yacine est le cousin du père du jeune Mohamed :
“il y a du laxisme de la part des services de sécurité israéliens pour arrêter les coupables malgré le fait qu’ils connaissent leur identité et la voiture qui a été utilisée pour le kidnapping.”

Ayant le statut de résidents permanents et payant les mêmes taxes que les Israéliens, les Palestiniens de Chouafat se sentent soumis au bon vouloir des autorités de l’Etat Hébreu. Tout cela sur une terre qu’ils considèrent comme la leur.

“Les Palestiniens défendent leur droit légitime.C’est la terre de Palestine et c’est leur droit de défendre leur terre mais nous, à Jérusalem, on ne possède que des pierres, nous n’avons ni armes ni quoi que ce soir pour nous défendre.”

Luis Carballo, envoyé spécial à Jérusalem :

“Cette ligne de tramway relie le centre de la ville de Jérusalem aux colonies dans le Nord, en passant par plusieurs quartiers arabes. Voulu au départ par la mairie de la ville comme un projet d’unité, sa destruction partielle lors de ces trois jours d’affrontements montre que cette unité n’existe que sur le papier.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les shebab frappent encore à Mogadiscio