DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Après Slaviansk, l'armée ukrainienne poursuit son offensive dans l'Est


Ukraine

Après Slaviansk, l'armée ukrainienne poursuit son offensive dans l'Est

Les soldats ukrainiens s’apprêtent à encercler les villes de Lougansk et de Donetsk, les deux grandes villes restantes aux mains des séparatistes. Pour faire plier les rebelles, l’armée joue la carte de l‘épuisement. Personne n’entre ni ne sort
sans l’accord des militaires. A Donetsk, ville d’un million d’habitants, l’avancée des forces de Kiev laisse place au doute.
“Nous pourrions avoir beaucoup de renforts humains mais le problème, c’est que nous n’avons plus assez de provisions ni d’armes. Où aller si nous quittions Donetsk ? Sur Mars ? Seulement sur Mars. Il n’y nulle part où aller”, déclare Andrei Purgin, le chef autoproclamé de la République de Donetsk.
Sur la place Lénine, la résistance se prépare. Deux mille partisans pro-russes ont juré de défendre la ville. Pour eux, il n’est pas question de laisser la région de Donetsk tomber aux mains des soldats ukrainiens.

Une première victoire pour l'armée

Samedi, l’armée reprenait le contrôle de Kramatorsk et de Slaviansk, deux places fortes des insurgés. A Slaviansk, le calme était de retour dans la ville. Le ministre de la Défense, Valery Heletey est venu rencontrer les habitants avec l’objectif de rassurer une population divisée entre l’Occident et la Russie. “On entend des rumeurs sur les langues russes et ukrainiennes. Ma femme parle russe. Mes enfants parlent russe. Au travail, je parle ukrainien. Personne ne va remettre en cause les langues parlées ici, ni à Kiev, ni dans aucune autre ville. Vous pouvez aller à Lviv et parler Russe.”

Des distributions de pain ont eu lieu dans plusieurs quartiers de Slaviansk. Les habitants ne souhaitent désormais qu’une chose, retrouver une vie normale.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Jérusalem sous tension après les meurtres de trois juifs et d'un palestinien