DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Portugal, terre d'été et de renouveau pour les enfants de Tchernobyl


Portugal

Le Portugal, terre d'été et de renouveau pour les enfants de Tchernobyl

Comme chaque année depuis six ans, Katarina vient passer plus d’un mois de vacances dans le nord du Portugal. Loin de la radioactivité de son village natal, elle s‘épanouit grâce à ce projet humanitaire baptisé “projet bleu d‘été”.

Cette année, ils sont vingt-six comme elle à bénéficier du doux climat portugais comme, par exemple, à Matosinhos dans le nord. Un vrai bienfait pour leur santé selon le père de l’une des familles d’accueil : “il est prouvé scientifiquement, que la venue de ces enfants, au cours de ces cinq semaines prolonge leur vie de un à deux ans”.

Pour la première fois, une autre petite Katarina fait partie cette année des heureux élus. Rui et Isabel l’accueillent chez eux à Vila Nova de Gaia. Quand ils ont entendu parler de ce projet à la télévision, ils n’ont pas hésité une seconde même si c’est parfois difficile : “aujourd’hui, je me sens un peu plus excitée … parce que Katarina a participé plus… Hier, j‘étais triste, car je n’arrivais pas à lui donner autant de joie”, explique Isabel, la maman d’accueil.

A l’avenir, on estime qu’un demi-million de personnes peuvent encore subir les effets du terrible accident nucléaire survenu à Tchernobyl le 26 avril 1986.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Après Slaviansk, l'armée ukrainienne poursuit son offensive dans l'Est