DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

The Corner : focus sur un carré d'as


the corner

The Corner : focus sur un carré d'as

Les quatre sélections qui vont s’afronter dans le dernier carré du Mondial ont pris un peu de repos avant le jour J.

Les deux équipes sud-américaines et les deux équipes européennes joueront mardi et mercredi avec l’objectif de se hisser en finale qui aura lieu au Maracana.

Brésil – Allemagne

Le Brésil, pays organisateur, n’imagine pas trébucher sur la dernière marche conduisant au mythique stade de Rio.

Problème : la Seleçao sera privée de deux pièces maîtresses pour son duel face à l’Allemagne.

Elle devra faire sans son capitaine et défenseur central Thiago Silva, suspendu, et sans son attaquant vedette Neymar, victime d’une fracture d’une vertèbre lombaire.

De quoi rendre plus difficile la quête du Graal, à savoir un sixième sacre mondial.

D’autant qu’en face se dresse la Mannschaft, réaliste à défaut d‘être toujours enthousiasmante.

Les joueurs de Joachim Löw ont tremblé en huitièmes de finale face à l’Algérie avant d’assurer le service minimum contre la France.

Mais l’expérience est de leur côté puisqu’ils vont disputer leur quatrième demi-finale consécutive en Coupe du monde.

Reste qu’ils n’ont plus soulevé le plus convoité des trophées depuis 24 ans.

Argentine – Pays-Bas

L’Albiceleste n’a guère convaincu depuis le début du tournoi en gagnant tous ses matches avec un seul but d‘écart contre la Bosnie, l’Iran, le Nigeria, la Suisse et la Belgique.

Mais les Argentins ont dans leurs rangs l’homme qui peut faire la différence à tout moment, Lionel Messi, qui a déjà trouvé quatre fois le chemin des filets.

Les Néerlandais, eux, ont démarré très fort en surclassant les Espagnols, qui étaient les tenants du titre, cinq buts à un.

Il faut dire que l’armada orange est bien fournie en attaque avec le trio Robben-Van Persie-Sneijder sans parler du joker de luxe, Huntelaar.

Depuis la fin du premier tour, c’est plus compliqué avec un succès arraché dans les derniers instants aux dépens du Mexique et un Costa Rica qui leur a tenu tête pendant 120 minutes.

Le coup de poker de Van Gaal

Luis van Gaal est devenu un véritable héros samedi soir en décidant de changer de gardien quelques secondes avant la fin de la prolongation.

C’est la première fois que quelqu’un tentait ce coup de poker en Coupe du monde, et ce choix s’est avéré payant.

Le score est de zéro partout, et les deux équipes se dirigent vers la séance des tirs aux buts.

Le sélectionneur des Pays-Bas sort alors son gardien titulaire, Jasper Cilessen, pour le remplacer par Tim Krul.

Bingo : le portier de Newcastle repousse deux tentatives des Ticos et envoie son équipe en demi-finale.

Ce n‘était pas une improvisation ; Luis van Gaal avait prévenu Tim Krul afin qu’il se prépare à cette éventualité.

Champion virtuel

Il ne reste plus que six jours d’ici la finale, mais il y en a un qui a déjà soulevé la Coupe et qui est déjà champion du monde.

La compétition est aussi organisée par la FIFA mais point besoin de ballons ou de crampons, il faut simplement être le plus adroit sur une console de jeux.

Il y avait deux millions de participants mais un seul gagnant, un jeune Danois de 18 ans.

August Rosenmeier a battu en finale, à Rio de Janeiro, son adversaire britannique par trois buts à un.

Les émotions sont les mêmes que sur un vrai terrain et la perfection demande le même niveau d’exigence.

August Rosenmeier s’exerce sur sa Playstation de quatre à six heures par jour.

Il a empoché un chèque de 20.000 dollars, soit près de 15.000 euros, et s’est vu remettre son trophée par l’ancien attaquant brésilien Ronaldo.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

the corner

L'Argentine retrouvera les Pays-Bas en demi-finale