DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le numérique tue-t-il l'emploi traditionnel en Europe ?

Vous lisez:

Le numérique tue-t-il l'emploi traditionnel en Europe ?

Taille du texte Aa Aa

Le marché numérique en Europe : combien d’emplois créés, combien d’autres supprimés ? Les magasins traditionnels de détail et les chauffeurs de taxi par exemple perdent du terrain face à la concurrence d’internet. Les nouveaux postes sont-ils plus nombreux que ceux qu’ils rendent caduques ? Le résultat net de la révolution numérique est-il positif ? D’après les statistiques, les emplois que ces changements génèrent sont moins bien rémunérés que les places d’ouvriers et de salariés qu’ils détruisent. Dans ce contexte, l’Union européenne doit-elle s’efforcer de mettre en place un marché unique numérique ou plutôt protéger les emplois actuels dans l’industrie et les services ?

Parmi nos invités, Pierre Steenberghen, secrétaire général de l’association belge de chauffeurs de taxi, GTL, estime que ces évolutions ne constituent pas une menace pour l’emploi dans son secteur. Au sujet de la polémique, en particulier en France, sur l’application en ligne de l’entreprise américaine Uber Technologies accusée de faire de la concurrence déloyale aux chauffeurs de taxi traditionnels, Pierre Steenberghen tient à rappeler : “les taxis font partie des transports publics et il y a des réglementations très strictes sur les prix, la formation ou la sécurité des véhicules,” dit-il avant d’ajouter : “aujourd’hui, de nouveaux venus arrivent sur ce marché avec leur application et ils ne sont pas soumis aux mêmes règles que nous : ce n’est pas juste.”

James Waterworth, vice-président de l’Association des Industries de l’Informatique et de la Communication CCIA, assure aussi que “ce marché est franchement créateur d’emplois.” Il affirme par ailleurs qu’“il faut tenir compte d’un autre aspect, à savoir l’employabilité : selon la Commission européenne, 85 % des emplois à l’horizon 2020 nécessiteront d’avoir des compétences en technologies de l’information et de la communication,” souligne-t-il.

Enfin, Kostas Rossoglou, conseiller juridique principal du Bureau européen des Unions de consommateurs BEUC, précise que “ce secteur crée des emplois tant que le marché traditionnel et le nouveau marché numérique sont capables de coexister : les technologies numériques,” poursuit-il, “ont toujours apporté davantage de concurrence et c’est toujours positif pour les consommateurs.”