DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les ministres kurdes suspendent leur participation aux réunions du gouvernement intérimaire

Vous lisez:

Les ministres kurdes suspendent leur participation aux réunions du gouvernement intérimaire

Taille du texte Aa Aa

La tension monte en Irak entre les Kurdes et le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki.

Les ministres kurdes ont annoncé qu’ils suspendaient leur participation aux pourparlers pour la formation d’un nouveau gouvernement.

Ils n’ont pas supporté que Nouri al-Maliki parle d’Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, comme d’une base arrière pour les opérations terroristes.

Pour le journaliste irakien, Subhi al-Badri, “les accusations portées par le Premier ministre Nouri al-Maliki contre la province autonome ne s’appuie sur aucune preuve tangible et personne ne peut étayer ces allégations sans témoignages ni preuves évidentes”.

Monsieur Maliki “est devenu hystérique” a de son côté réagi la présidence kurde. Elle a appelé le Premier ministre à s’excuser auprès du peuple irakien et à démissionner.

“Le peuple kurde a mal quand il entend ça, car le Kurdistan a protégé Monsieur Maliki quand celui-ci s’opposait à l’ancien Régime et maintenant, il accuse ses anciens protecteurs”, explique Safeen Dizayee, le porte-parole du Gouvernement régional du Kurdistan (GRK).

Parallèlement, à l’Université de Mossoul, des insurgés sunnites se seraient emparés de 40kg de matériau nucléaires, selon les autorités irakiennes.

Informée, l’AIEA a estimé que le matériau en question était “de faible qualité” et qu’il ne présentait pas de risque.