DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

The Corner : le Mondial touche à sa fin


the corner

The Corner : le Mondial touche à sa fin

Bienvenue dans ce nouveau numéro du Corner consacré à la Coupe du monde.

Il ne reste que deux matches à disputer d’ici dimanche et la fin de cette vingtième édition.

Il s’agit du match pour la troisième place entre le Brésil et les Pays-Bas, et bien sûr de la finale entre l’Allemagne et l’Argentine.

En attendant, revenons sur ce qui s’est passé pour ces quatre équipes lors des demi-finales.

Une déculottée et un record

C’est un score qui restera dans les annales du football, ce 7-1 infligé par la Mannschaft à la Seleçao.

Le Brésil n’avait plus perdu le moindre match officiel à domicile depuis 1975.

Et aucun pays organisateur n’avait jamais subi une telle correction en phase finale d’un Mondial.

A cette occasion, Miroslav Klose a effacé Ronaldo des tablettes en portant à 16 son nombre de buts marqués en Coupe du monde.

Quant au malheureux Julio Cesar, il a encaissé davantage de buts durant les 45 premières minutes que durant les 5 matches précédents !

Un héros nommé Romero

Des buts, il n’y en a pas eu un seul dans l’autre demi-finale entre l’Argentine et les Pays-Bas.

Le gardien de l’Albiceleste Sergio Romero, qui n’est que remplaçant à Monaco, a été élu homme du match.

Il a repoussé les tentatives de Ron Vlaar et de Wesley Sneijder lors de la séance des tirs aux buts.

Côté néerlandais, Luis Van Gaal aurait bien aimé remplacer Jasper Cilessen par Tim Krul, comme en quarts de finale face au Costa Rica, mais il avait déjà effectué ses trois changements…

Une médaille pour du beurre ?

Le match pour la troisième place n’a vraiment pas les faveurs de Luis Van Gaal.

Le futur entraîneur de Manchester United n’a pas caché son peu d’enthousiasme pour cette rencontre, qui sera sa dernière sur le banc en tant que sélectionneur des Pays-Bas avant de céder sa place à Guus Hiddink.

“Ce match ne devrait pas se jouer”, “ça ne nous consolera pas de ne pas être champion”, “et il n’y a rien de pire que de perdre deux fois de suite après avoir fait un tournoi fantastique”.

En quelques phrases bien senties, Luis Van Gaal a exprimé toute son aversion pour ce qu’on appelle couramment la “petite finale”.

Et il a regretté que son équipe ait un jour de moins que le Brésil pour la préparer.

Pour information, la dernière fois que les Pays-Bas l’ont disputée, c‘était en 1998, et ils l’avaient perdue 2-1 contre la Croatie.

Le Nigeria et Luis Suarez mis au ban

La FIFA a suspendu à titre conservatoire la Fédération de football du Nigeria en raison d’une ingérence gouvernementale.

Pas question pour les hommes politiques de se mêler des affaires du football : c’est une règle d’or, et ceux qui y dérogent s’attirent les foudres de l’instance basée à Zürich.

Cette fois, dans son collimateur, il y a le gouvernement du Nigeria, qui a fait pression sur le président de la Fédération nationale.

Résultat, si tout n’est pas réglé d’ici mardi prochain, les Super Eagles ne pourront pas participer à la prochaine Coupe du monde féminine des moins de 20 ans.

De son côté, Luis Suarez ne pourra pas exercer la moindre activité liée au football d’ici quatre mois.

Son appel a été rejeté par la FIFA et il ne lui reste qu’une solution : déposer un recours auprès du Tribunal arbitral du sport.

L’attaquant de Liverpool, que des rumeurs annoncent en partance pour le Barça, n’a même pas le droit de s’entraîner avec son club.

Une sanction jugée excessive par Giorgio Chiellini que Luis Suarez avait mordu lors du duel entre l’Italie et l’Uruguay.

Personne n‘échappe au Mondial

L’incroyable popularité du football permet d’abattre toutes les barrières et toutes les frontières.

On peut le vérifier lors de cette Coupe du monde, y compris dans les coins les plus reculés de la planète.

Exemple dans le Kirghizstan, pays d’Asie centrale, où l‘électricité ne dessert pas toutes les localités.

Surtout dans les montagnes situées à 500 kilomètres de la capitale, Bichkek.

Les habitants ont quand même trouvé le moyen de regarder les rencontres en utilisant le bon vieux système D.

Un générateur, une parabole, un téléviseur, et c’est confortablement installé dans une yourte qu’il est possible de suivre les exploits des stars du ballon rond.

Certes, il faut se trouver une équipe de substitution – la Russie par exemple – car le Kirghizstan ne pointe qu’au 159e rang du classement de la FIFA et n’a jamais participé à la Coupe du monde.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

the corner

L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale