DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

14 juillet sur les Champs-Elysées : hommage à la "Grande Guerre"

Vous lisez:

14 juillet sur les Champs-Elysées : hommage à la "Grande Guerre"

Taille du texte Aa Aa

Paris, capitale du centenaire de la Première Guerre mondiale à l’occasion du traditionnel défilé du 14 juillet. A l’invitation du président François Hollande, plus de 70 pays impliqués dans la guerre 14-18 ont participé aux cérémonies militaires sur les Champs Elysées.

La France a été l’un des principaux théâtres de la “Grande Guerre”, avec ses soldats en tenue bleu-horizon, les fameux “poilus”, dont la mémoire a été honorée par un défilé de militaires en habits d‘époque précédent les délégations étrangères.

Des délégations constituées chacune d’un porte-drapeau et de deux gardes dans une parade aux emblèmes inédite, représentant les pays belligérants de l‘époque et les pays issus des traités et des évènements qui ont suivi, redessinant une nouvelle carte du monde.

Russie, Royaume-Uni, Japon, Etats-Unis, mais encore Hongrie, Ukraine, Mali…sous le regard attentif de François Hollande, en habits de chef des armées pour un évènement sensé illustrer la position politique de la France et les capacités de ses armées.

Temps fort, l’ouverture du défilé aérien par la Patrouille de France, toujours spectaculaire… 54 appareils en tout : rafales, mirages 2000, avions-ravitailleurs ont survolé les Champs-Elysées.

Le défilé à pied, ensuite, a rassemblé 3 750 participants. Particulièrement à l’honneur, le 8e régiment de parachutistes de l’infanterie de marine, engagé en Centrafrique. Un défilé motorisé, 285 véhicules dont des chars Leclerc, des canons Caeser, a suivi.

Avec, cent ans après le début de la Première Guerre mondiale, ce message du président français: “les mêmes hommes, défendant les mêmes valeurs”.

La guerre… pour ne plus jamais se battre : ce sont ces jeunes, 250, venus de tous les pays invités, qui l’ont rappelé par cette chorégraphie, en clôture de la cérémonie. Les colombes de la paix en ont porté le vœu dans le ciel parisien.