DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Palmarès du dernier Festival du film de Karlovy Vary


cinema

Palmarès du dernier Festival du film de Karlovy Vary

En partenariat avec

C’est le réalisateur géorgien, George Ovashvili, avec ‘Corn Island’ qui décroche cette année le Globe de cristal du meilleur film au Festival de Karlovy Vary, en République tchèque.

‘Corn Island’ se déroule à la frontière entre la Géorgie et l’Abkhazie et raconte l’histoire d’un vieil agriculteur et de sa petite-fille qui vivent sur une île au beau milieu de la rivière Inguri .

George Ovashvili, réalisateur et lauréat du prix du meilleur film 2014 :

“ C‘était assez difficile. Nous avons tourné pendant 70 jours au printemps et en automne. Ça a été très dur techniquement, parce que nous avons dû construire l‘île de nos propres mains et puis la détruire à la fin aussi. “

Le prix de la mise en scène et le prix spécial du jury reviennent au réalisateur hongrois, György Pálfi, pour son film ‘Free Fall’.

L’ histoire, c’est celle d’une femme qui se suicide en se jetant du toit d’un immeuble et qui, dans sa chute, découvre la vraie vie des habitants de l’immeuble.

György Pálfi, réalisateur et lauréat du prix de la mise en scène et du prix spécial du jury 2014 :

“ Etre en compétition ici à Karlovy Vary est un grand honneur. Et y recevoir 2 prix, c’est un véritable cadeau qui nous ouvre les portes du cinéma européen et mondial. “

La section ‘East of the West’ – ‘A l’Est de l’Ouest’ – qui met à l’honneur le cinéma des pays de l’ancien bloc soviétique, a choisi de récompenser le réalisateur russe Ivan I. Tverdovsky.

Dans ‘Corrections Class’, son premier long métrage, il aborde sans fioriture la question de l‘éducation de jeunes handicapés.

Et pour finir, le Globe de cristal du meilleur documentaire revient à la réalisatrice d’origine roumaine, Teodora Ana Mihai, pour ‘Waiting for August’.

Le film suit le quotidien de 7 frères et sœurs roumains livrés à eux-mêmes une fois leur mère partie travailler en Italie.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

Douze ans de gestation pour 'Boyhood' de Richard Linklater