DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

A Bruxelles, les 28 ne s'entendent pas sur les postes clés de l'UE


monde

A Bruxelles, les 28 ne s'entendent pas sur les postes clés de l'UE

Pas facile de trouver l’oiseau rare en mesure de rallier l’unanimité des 28 chefs d’Etat et de gouvernement. La nomination du chef de la diplomatie de l’UE et du président du Conseil est un casse-tête si compliqué qu’un nouveau sommet pourrait avoir lieu à la rentrée. L‘équation est complexe, entre volonté de dynamiser l’Europe et désir de privilégier son orientation politique.

A la tête du Conseil, Helle Thorning Schmidt, la chef du gouvernement danois serait acceptée par Angela Merkel et David Cameron. Mais la France entre autre s’oppose à une personnalité issue d’un pays ayant refusé l’euro.

Pour le service diplomatique, ça coince aussi pour Federica Mogherini, la chef de la diplomatie italienne, certains pays de l’Est comme la Lituanie jugeant Rome trop pro-russe.

La Grande-Bretagne veut avoir son mot à dire après s’est vue imposée Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission. Mais David Cameron préfère éluder la question : “Le plus important c’est sans doute la situation en Ukraine qui est inacceptable, l’intégrité territoriale de ce pays n’est pas correctement respectée par la Russie, et nous avons besoin d’envoyer un message très clair, avec des actions claires.”

L’accent mis sur l’Ukraine masque mal les difficultés des 28 à s’entendre sur celui ou celle qui incarnera la diplomatie européenne à partir de novembre, c’est pourtant bien la priorité de ce Sommet. .

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Quatre enfants tués sur la plage de Gaza