DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Berlin : une semaine de la mode entre excentricité et élégance

Vous lisez:

Berlin : une semaine de la mode entre excentricité et élégance

Taille du texte Aa Aa

Marina Hoermanseder : années 50 et fétichisme

La créatrice franco-autrichienne Marina Hoermanseder a été la sensation de la semaine de la mode à Berlin avec une collection printemps-été 2015 futuriste, mariant la finesse des techniques artisanales à l’excentricité des formes – le col minerve et la camisole de force tendance sont sa signature.

Côté palette, on notera le retour du saumon. Pour sa deuxième année de défilé à Berlin, Marina Hoermanseder a exploré le milieu aquatique et minéral. Ses matériaux : du cuir et du latex pour le clin d’oeil fétichiste, et la pierre brute pour évoquer les rochers.

“ Les années 50 m’ont beaucoup inspirée cette fois, ce qui se traduit par une collection plus féminine, plus élégante et des looks peut-être moins oppressants, “ éclaire la créatrice.

Marina Hoermanseder a étudié à l’ESMOD de Berlin et au Central St. Martins de Londres. Elle réalisé son stage de fin d‘études sous la houlette d’Alexander McQueen et est aujourd’hui basée à Berlin. Parmi ses clientes, on notera Lady Gaga et on ne s’en étonnera pas.

Irene Luft ou l‘élégance avant tout

Egalement sur le podium à Berlin : Irene Luft, spécialiste du prêt-à-porter de luxe. La créatrice, qui a vu le jour à Almaty au Kazakhstan, a étudié la mode à Munich. Son credo : l‘élégance.

Son univers se veut plus poétique, tourné vers l’Orient, la silhouette plus floue, romantique, et d’une grande féminité, tout en transparence.

Irene Luft fait elle aussi appel à des techniques ancestrales. Elle remet ainsi au goût du jour la broderie et surtout la dentelle allemande de Plauen, une dentelle qui a connu son heure de gloire en 1900 en remportant le Grand Prix de l’Exposition universelle de Paris avant de sombrer dans l’oubli, dans le sillage de la crise de 29.

Et alors que Berlin est devenue la capitale de la mode alternative, Irene Luft n’a pas peur d’y réintroduire une élégance plus formelle. “ Pourquoi ne pas porter une jolie robe de soirée ou de cocktail comme à Paris ou New York ? A Berlin, les gens sortent souvent en jeans ou dans des tenues informelles. Je trouve que c’est dommage,” déplore-t-elle.

Sa collection, façonnée dans les matériaux de la plus haute qualité, a en tout cas conquis le public. Un hommage à son père, lui-même tailleur de profession.