DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La FINUL multiplie ses patrouilles entre le Liban et Israël

Vous lisez:

La FINUL multiplie ses patrouilles entre le Liban et Israël

Taille du texte Aa Aa

Le sud du Liban a retrouvé un calme relatif après une série de tirs de roquettes et la riposte de l’armée israélienne.

Hier, les services de renseignements libanais ont arrêté deux Palestiniens soupçonnés d’avoir transporté les 9 roquettes qui ont été tirés entre les 13 et 14 juillet contre Israël. Vendredi dernier, les forces de sécurité avaient déjà arrêté un Libanais, membre d’un groupe fondamentaliste.

Il faut dire que, depuis, la FINUL, a également renforcé sa surveillance le long de la frontière. 400 patrouilles passent ici jour et nuit.

“La Force intérimaire des nations unies au Liban est gravement préoccupée par ces incidents. Nous parlons constamment aux deux parties pour les inciter à un maximum de retenue” explique le porte-parole de la FINUL, Andrea Tenenti.

C‘était effectivement la première attaque de cette ampleur depuis la crise de juillet/août 2006 entre le Hezbollah et Israël. Et la FINUL espère bien que cela s’arrêtera là. Certains membres du gouvernement estiment que le Hezbollah ne souhaite pas mettre le feu aux poudres dans son bastion et que ces tirs étaient destinés à déstabiliser le Liban.

“Beaucoup d’observateurs considèrent que la situation sécuritaire dans le sud du Liban est liée à ce qui se passe derrière ces frontières à Gaza, mais beaucoup de gens, qui vivent ici, minimisent les risques d’une escalade ou d’une guerre majeure qui pourrait être engendrée par les tirs de roquettes du Liban vers Israël”, explique notre correspondante Maha Barada, qui est allée à la rencontre de villageois.

“Il n’y aura pas de guerre, c’est simplement une guerre psychologique, et s’il y en a une, nous ne quitterons pas nos maisons, notre pays et notre peuple”, lui a déclaré une habitante du village d’Adaysi.