DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Vu au salon de Farnborough : le Scorpion : premier avion militaire low cost


entreprises

Vu au salon de Farnborough : le Scorpion : premier avion militaire low cost

Il fait ses grands débuts internationaux au salon aéronautique de Farnborough en Grande Bretagne. Le Scorpion des américains Textron et Airland est proposé pour des missions de police de l’air, surveillance de frontières, ou encore lutte contre le narcotrafic.

C’est le premier avion militaire low cost. A 20 millions de dollars l’unité (15 millions d’euros), son prix se situe tout en bas de la gamme des avions militaires.

“Il a une valeur extrêmement forte explique Bill Anderson le patron de Textron Airland. Si vous prenez un chasseur moderne à 20.000 dollars l’heure de vol, et que vous proposez une machine extrêmement fiable à trois mille dollars l’heure de vol, nous pensons que nous sommes entrés dans un marché vraiment très vaste”.

Le salon de Farnborough est crucial pour les objectifs de Textron Airland même si au salon, la compagnie n’a confirmé aucun nouveau client.

Le Scorpion est basé sur des technologies disponibles, déjà éprouvées sur les Cessna d’affaires conçus par Textron. Objectif : maîtriser les coûts. Pas facile de pénétrer ce marché.

“C’est un marché très très difficile actuellement explique Colin Clark, un spécialiste du secteur aéronautique militaire. La plupart des gouvernement européens consacrent 2% ou moins de leur richesse nationale chaque année à la Défense, ce n’est pas beaucoup”.

Avec le Scorpion, le duo Textron-Airland affirme viser le remplacement des F16 et des Fairchild A10 de l’US Air Force. Objectivement le Pentagone devrait préférer le F35 de Lockheed Martin à 124 millions de dollars l’unité, un prix six fois plus élevé que celui du Scorpion.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

entreprises

Du jamais vu chez Microsoft qui supprime 18.000 emplois