DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Chasseurs de comètes : la science progresse


space

Chasseurs de comètes : la science progresse

En partenariat avec

En ce mois de juillet, nous faisons un nouveau point sur la mission Rosetta de l'Agence spatiale européenne que nous suivons pas à pas toute cette année. Les équipes traquent une comète en attendant d’y poser un atterrisseur.

Au Centre des opérations ESOC en Allemagne, nous retrouvons Jakub Urbanek et Armelle Hubault, tous deux ingénieurs des opérations de Rosetta. En ce moment, ils effectuent en salle blanche, des tests de commande sur une reproduction de la sonde. “Pendant que Rosetta est en vol très loin de nous, on utilise un modèle pleinement opérationnel dans nos locaux pour tester toutes sortes d’opérations,” souligne Jakub Urbanek. “On a une suite très complète d’instruments à bord de Rosetta,” précise Armelle Hubault, “qui permettent d’observer la comète de loin, de l’observer en rayon UV, en infrarouge, etc.” “Beaucoup de choses vont s‘échapper de la comète,” ajoute Jakub Urbanek, “une bonne partie des instruments analyseront justement ce qui viendra les percuter.”

Jakub Urbanek tient également à nous faire part d’avancées : “le travail scientifique porte déjà ses fruits : l’un des instruments, MIRO, a récemment détecté de l’eau sur la comète ; ce qui est déjà une chose très intéressante pour nous, donc on avance !” dit-t-il.

Nous l’invitons à s’adresser directement à Rosetta : “Chère Rosetta, encore deux manœuvres, on y est presque ! On a hâte de voir ce que toi, tu vois !” lance l’ingénieur.

Le choix de la rédaction

Prochain article

space

E-ELT : le télescope européen de l'extrême