DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crash de l'avion malaisien: impressions depuis Kiev

Vous lisez:

Crash de l'avion malaisien: impressions depuis Kiev

Taille du texte Aa Aa

Au lendemain du crash de l’avion malaisien dans l’est de l’Ukraine, quelles sont les réactions des habitants de Kiev ? Sabrina Pisu a interrogé un des correspondants d’euronews à Kiev, Sergio Cantone.

Sergio Cantone, correspondant d’euronews à Kiev :
“Il y a beaucoup des préoccupations, explique Sergio Cantone, mais il y a aussi l’idée – du point de vue ukrainien – que cet incident peut secouer la position de l’Union européenne que les gens ont ici, jusqu‘à présent, jugé très timorée au regard de cette crise et plutôt conciliante vis-à-vis de Moscou. Un choc de cet ampleur dans lequel plusieurs citoyens de l’Union européenne ont perdu la vie, cela peut amener peut-être Bruxelles et les autres pays européens à changer de position dans ce dossier ukrainien.”

Sabrina Pisu, euronews :
Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a dit qu’il fallait traduire les auteurs de ce drame devant la Cour pénale internationale. Encore faut-il que les experts internationaux puissent accéder au lieu du drame afin de clarifier les causes de l’accident…

Sergio Cantone :
Actuellement il y a des nouvelles pas toujours très claires en ce qui concerne l’endroit où l’avion s’est écrasé. D’abord le lieu est sous le contrôle des séparatistes. Au regard du droit international, l’enquête devrait être conduite par les autorités de Kiev qui, sur le papier, sont officiellement les autorités de cette zone. Les experts d’une Commission “ad hoc” qui a été créée pour cette occasion, ont des difficultés à se rendre sur le lieu du drame. Ils ont besoin d‘étudier et surtout d’analyser les débris de l’avion et récupérer les dépouilles des victimes.

Sabrina Pisu :
Les séparatistes pro-russes ont promis un cessez-le-feu pendant quelques jours pour permettre la récupération des restes du Boeing. Quelle est la situation en ce moment sur le site de l’accident?

Sergio Cantone :
Justement c’est une situation de tensions, on parle de cessez-le feu. Mais pour le moment, les combats continuent, non pas sur le lieu du crash mais dans les environs. Les services de sécurité ukrainiens insistent sur le fait qu’ils sont en train de chercher à imperméabiliser la frontière afin d’empêcher l’infiltration de miliciens depuis la Fédération de Russie, d’où les combats qui continuent. Il y a ainsi eu des affrontements pendant la nuit, malgré l’accident de l’avion.

Sabrina Pisu :
Vladimir Poutine a dit que “cette tragédie confirme l’urgence d’une solution pacifique à la crise”. Est ce que la chute de l’avion malaisien pourrait augmenter, de ce point de vue-là, les pressions internationales pour résoudre la crise ukrainienne?

Sergio Cantone :
Nous sommes sûrement à un tournant dans cette crise qui est en train de devenir extrêmement grave. On pourrait assister à une désescalade des tensions. Mais il faut encore attendre et voir quel sera le résultat de l’enquête sur le crash de l’avion et si la communauté internationale, sur la base de ce résultat, prendra une position claire vis-à-vis des responsables de ce crash.