DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Crash du MH17 : "un tournant" dans la crise ukrainienne


Ukraine

Crash du MH17 : "un tournant" dans la crise ukrainienne

La condamnation et le choc sont unanimes en Europe et dans le monde. Le crash du Boeing 777 de la Malaysia Airlines en Ukraine marque sans aucun doute un tournant dans ce qu’il convient désormais d’appeler une guerre.

Depuis hier, les trois parties prenantes du conflit, Kiev, les séparatistes pro-russes de la région et Moscou se renvoient la responsabilité.

Mais les soupçons s’orientent fortement en direction des rebelles de l’Est.
C’est en tous cas l’opinion d’Amanda Paul, une analyste politique que notre équipe de Bruxelles a interviewé. Et pour elle, dans ce drame, la main de Moscou n’est pas loin.

“Ce devrait être un tournant parce que la situation est allez bien plus loin que ce que tout le monde aurait pu imaginer”, explique Amanda Paul. “Il est évident que cet accident n’aurait pas pu se produire si les séparatistes n‘étaient pas armés par la Russie. Cela signifie que l’Union européenne doit avoir une attitude beaucoup plus ferme et opter au minimum pour des sanctions d’ordre symbolique.”

C’est un missile sol-air qui a touché l’avion à 10 kilomètres d’altitude. Les rebelles possédent-ils de telles armes ? Si oui, d’ou viennent-elles ?
Sont-ils capables de les utiliser ? Sont-ils suffisamment entraînés ? Beaucoup de question auxquelles il faudra répondre. En attendant, pour Amanda Paul, il ne fait aucun doute que seules de fortes sanctions contre Moscou pourront changer le cours des choses en Ukraine.

“On constate que l‘économie russe a déjà été impactée par des sanctions. Mais pour être honnête, ce sont des contraintes très légères”, regrette l’analyste. “Si la Russie était frappée par des sanctions beaucoup plus lourdes, les conséquences économiques seraient plus significatives, et je l’espère, cela ferait réfléchir le président Poutine à deux fois à ce qu’il fait en Ukraine. Même si les sanctions économiques ne sont pas efficaces à 100%, c’est toujours mieux que de rester les bras croisés à ne rien faire pour être franche”, affirme Amanda Paul.

Si le Kremlin, d’une manière ou d’une autre, est intervenu directement ou logistiquement dans cette tragédie, la population russe pourrait rapidement changer d’opinion sur le conflit.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

MH17 : la minute de silence de Poutine