DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Les Russes paient au prix fort l'attitude de Moscou en Ukraine" (Nuland)


Ukraine

"Les Russes paient au prix fort l'attitude de Moscou en Ukraine" (Nuland)

Victoria Nuland est la secrétaire d‘État adjointe américaine pour l’Europe. De passage a Bruxelles, elle a accepté de répondre à euronews au sujet de la crise ukrainienne. Elle voit dans la chute du Boeing de la Malaysia Airlines, le signe tragique d’une “escalade des tensions”.

Interrogée sur les sanctions occidentales contre la Russie, elle insiste sur l’impact que cela a déjà pu avoir. “Nous aurions pu assister à une invasion à grande échelle, souligne-t-elle. Nous aurions pu ne pas avoir d‘élection du tout. Alors certes, la Russie continue de déstabiliser l’est de l’Ukraine et d’occuper la Crimée, mais les Russes le paient au prix fort, et les électeurs russes ne vont pas pouvoir l’ignorer.
L‘économie russe est totalement à plat. Certains indicateurs sont même dans le rouge. Les autorités ont dû utiliser 10% du fonds souverain pour soutenir le rouble. Le FMI chiffre à plusieurs centaines de milliards de dollars, la fuite des capitaux, cette année.
Nos actions ont eu un impact sur l‘économie russe, et nous pensons que cela aura une influence sur les décisions prises, et que cela fera réagir la population russe”.

Est-ce que la population russe finira par se retourner contre Vladimir Poutine ? Cela n’en prend pas le chemin. Le président russe jouit d’une cote de popularité record. Pour Victoria Nuland, le chef du Kremlin “abreuve la population d’une rhétorique nationaliste, mais ce n’est pas cela qui apporte des écoles, des routes, ou une certaine prospérité économique. A un moment, les gens vont se dire : à quoi bon dépenser tant d’argent pour déstabiliser un pays voisin alors qu’ici, la situation ne s’arrange pas.”

Enfin, la diplomate américaine a rappelé la position de Washington sur la Crimée, ce territoire séparatiste, rattaché depuis mars dernier à la Russie.

“Ni les Ukrainiens, ni les Américains, ni les Européens n’accepteront une violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine”, a-t-elle dit. “Il serait intéressant de voir comment va réagir la population de Crimée quand l‘économie locale va se contracter. Les revenus liés au tourisme sont déjà en chute, l’accès au crédit est très difficile. C’est le résultat des initiatives européennes pour bloquer les investissements en Crimée, en réponse à l’attitude de la Russie.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Gaza : Netanyahu regrette les victimes innocentes, mais Tsahal n'est pas responsable