DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Russie : sans attendre les sanctions européennes, Washington a ciblé les siennes


économie

Russie : sans attendre les sanctions européennes, Washington a ciblé les siennes

Oú vont s’arrêter les sanctions prises par les occidentaux contre la Russie ? Nul ne le sait. Les américains ont pris récemment une nouvelle salve de représailles, cette fois-ci contre des entreprises russes des secteurs de l‘énergie et de la banque. Les européens ont également pris des mesures de rétorsion économiques mais plus modestes, car elles sont de niveau 2.

“Les sanctions de niveau trois commencent à toucher des industries entières, explique Tom Vosa de National Australia Bankpourrait être affectés. On sait d’après le comportement des Etats UNis aux Nations Unies que Washington aimerait donner un caractère extraterritorial à ces sanctions, les internationaliser. Par conséquent que tout pays commerçant avec la Russie devrait être fermement sanctionné.”

Washington a décreté mercredi dernier qu’aucune entreprise américaine ne pourrait plus prêter d’argent en dollars au pétrolier public russe Rosneft, le premier producteur de pétrole du pays.
Même chose pour Novatek, le deuxième producteur russe de gaz, une compagnie privée dont le français Total détient 16% du capital.
Ces sanctions n’affectent pas les actifs de ces entreprises mais si on prend Rosneft qui doit rembourser 26 millairds de dollas d’ici 2015, mais elles coupent la compagnie des marchés de capitaux américains et vont donc entraver ses projets de développement.
Les investissements sont énormes pour explorer et exploiter les champs de pétrole ou de gaz russes.

Le secteur bancaire est également visé par les sanctions américaines. VEB, la banque qui gère la dette publique russe et GazpromBank, le bras financier du géant Gazprom ne pourront pas contracter de crédits aux Etats Unis. Or le secteur bancaire est celui qui a le plus besoin de se refinancer.
Enfin dernière chose, le dollar est la devise dans laquelle se font les deux-tiers du commerce international. Ce qui n’est pas le cas du rouble qui pourrait au contraire perdre encore de sa valeur.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Automobile : le marché européen poursuit sa croissance