DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Costa Concordia : le dernier voyage


Italie

Costa Concordia : le dernier voyage

Le Costa Concordia a repris le large pour son dernier voyage, direction la casse. L‘île italienne de Giglio a fait ses adieux au mastodonte, deux fois et demi le Titanic. Après une dernière manoeuvre vers l’Est, l‘épave a mis le cap sur Gênes, tirée par deux remorqueurs et escortée par 12 autres navires. Une opération inédite sur un navire de cette taille.

Elle a été orchestrée de main de maître par l’ingénieur Sud-africain Nick Sloane. Ce mercredi matin, avant le départ, il avouait son stress mais gardait son sang froid. “ Nous devons aller à Gênes. C’est un grand jour pour Giglio, mais nous, nous devons conduire le navire à Gênes. Une fois à Gênes, je pourrai me détendre, “ a-t-il expliqué.

L’arrivée a Gênes est prévue le 27 juillet. L’ancrage de l‘épave dans le port marquera la fin de la mission confiée au consortium américano-italien Titan-Micoperi. Une mission qui aura coûté 1,5 milliards d’euros à l’armateur italien, Costa Crociere.

Le Costa Concordia chavire le 13 janvier 2012 après avoit heurté un rocher à l’approche de l‘île de Giglio. L‘évacuation des 4.200 personnes à bord est chaotique. 32 y laissent la vie.

Le drame, l’abandon du navire par son capitaine et l‘énorme épave échouée sur son flan choquent le monde entier. Sur l‘île, on craint aussi une catastrophe écologique.

Mais l’urgence, c’est de retrouver les personnes qui manquent à l’appel. Des plongeurs fouillent l‘épave dans l’espoir d’y trouver des rescapés, en vain. Ils ne remontent que des corps sans vie. Aujourd’hui encore, un serveur indien est toujours porté disparu.

Pour éviter une fuite de carburant dans cette réserve marine parmi les plus importantes d’Europe, il faut vider les réservoirs du paquebot. L’opération consiste d’abord à réchauffer les 2.400 tonnes de mazout pour le liquéfier et pouvoir ainsi le pomper.

Il faut ensuite redresser le navire de 114.500 tonnes. L’opération dite de “ parbuckling “démarre à la faveur d’une météo clémente en septembre dernier. La rotation de la coque, sans précédent, va durer 19 heures.

Enfin tout au long de la semaine dernière, les équipes de sauvetage ont minutieusement renfloué le paquebot, centimètre par centimètre, sous des vents violents qui ont retardé son départ, initialement prévu lundi.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Vol MH17 : la clé du mystère peut-être dans les boîtes noires