DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vol AH5017 : "Il n'y a hélas aucun survivant"

Vous lisez:

Vol AH5017 : "Il n'y a hélas aucun survivant"

Taille du texte Aa Aa

La thèse d’un accident lors du vol AH5017 est privilégiée par les autorités françaises mais aucune piste ne peut être totalement écartée, a déclaré prudemment ce vendredi le ministère de l’Intérieur. L’appareil de la compagnie privée espagnole Swiftair, un McDonnell Douglas 83 affrété par Air Algérie, transportait finalement 118 personnes, dont 54 Français. Le nombre de passagers a été rectifié. “Il n’y a hélas aucun survivant” a confirmé le président, François Hollande, lors d’une brève allocution télévisée. L‘épave a maintenant été localisée précisément grâce à un drone de l’armée française puis par des hélicoptères, près de Gossi, soit à environ 100 kilomètres au sud-ouest de Gao, la grande ville du nord du Mali. Une centaine de soldats et une trentaine de véhicules, engagés dans l’opération “Barkhane” au Mali, sont arrivés sur la zone du crash. Ils l’ont sécurisée afin de débuter l’enquête sur le terrain.

Le vol AH5017 assurait une des liaisons presque quotidiennes entre la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, et la capitale algérienne. Le contact avait été perdu avec l’avion jeudi, 50 minutes après son décollage de Ouagadougou, au dessus de la région malienne de Gao. Une nouvelle réunion de crise s’est tenue vendredi à l’Elysée autour du président français et du Premier ministre, Manuel Valls. Des cellules de crise sont ouvertes à Alger, à Paris et à Ouagadougou. Le gouvernement français semble pour le moment suivre la piste d’un accident aérien dû aux mauvaises conditions météorologiques, notamment en raison de la concentration des débris. Une équipe de 21 gendarmes et policiers va collecter des indices sur place et identifier les victimes.