DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les installations de l'ONU sont-elles toujours des refuges à Gaza ?

Vous lisez:

Les installations de l'ONU sont-elles toujours des refuges à Gaza ?

Taille du texte Aa Aa

Israël est pointé du doigt par les Nations Unies dans la bande de Gaza. L’une des écoles gérée par une agence de l’Onu, l’UNRWA (l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient) a été touchée par des frappes.

Euronews s’est rendu dans le quartier de Rimal à Gaza. De nombreux palestiniens, ayant fui Shegaia, sont venus se réfugier dans une école de l’UNRWA. Pourtant, les obus continuent de tomber à proximité. Hier, ils ont touché un immeuble voisin.

“Est-on vraiment en sécurité ? On est sous les frappes et les tirs d’obus. Quand ils ont tiré sur nos maisons, on s’est enfui. Ils nous ont suivis et nous frappent encore. On n’est pas en sécurité ici”, estime un homme.

Piégés par la guerre, des familles attendent ici un hypothétique cessez-le-feu. Une femme nous interpelle pour dénoncer leurs conditions de vie : “je veux vous montrer comment on vit ! Il y a 55 personnes ici, dans cette pièce. Regardez ces enfants ! Ce n’est pas acceptable”, s’insurge-t-elle.

Les enfants eux aussi viennent à notre rencontre. Leurs histoires sont terrifiantes. Ils espèrent la paix tout en rêvant de venger la mort de leurs proches.

“Je prie le Hamas de ne pas me laisser mourir. Qu’est-ce qu’on a fait aux Israéliens pour qu’ils nous tirent dessus ? Pourquoi est-ce qu’ils nous tirent dessus ? Je demande aux forces israéliennes de frapper la résistance, pas ma maison et ma famille”, dit un jeune garçon.

“Pourquoi on est là ? Des gens nous aident. Mais on vivait confortablement dans nos maisons. Pourquoi ils nous font ça? Où est la communauté internationale ?”, demande un autre.

“Israël, le Hamas, la Palestine, l’Egypte, Obama : ces enfants d‘à peine 10 ans n’ont que la politique et la guerre à la bouche. Difficile de savoir si cette génération, avec ce qu’elle a vécu, sera à même de contribuer à installer la paix dans la région”, conclut Valérie Gauriat, l’envoyée spéciale d’euronews à Gaza.