DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Vol MH17 : les séparatistes auraient pu avoir des missiles Buk


Pays-bas

Vol MH17 : les séparatistes auraient pu avoir des missiles Buk

Alors que les Pays-Bas rendaient hommage aux victimes du vol MH17, en Ukraine, un chef séparatiste a laissé entendre que les rebelles auraient pu posséder des missiles anti-aériens.

Un cortège long de plus d’un kilomètre à Amsterdam : des milliers de personnes ont participé à une marche silencieuse, ce mercredi, en hommage aux victimes du crash du Boeing de la Malaysia Airlines.

Plus tôt dans la journée, tout le pays s’est arrêté lors du passage du convoi des quarante premiers cercueils rapatriés d’Ukraine. Le processus d’identification des corps va pouvoir commencer. Près des deux tiers des victimes sont néerlandaises.

Les boîtes noires remises par les séparatistes aux autorités malaisiennes, puis à la Grande-Bretagne, sont, elles, déjà en cours d’analyse. Les experts britanniques ont lancé le téléchargement des données, notamment des conversations dans la cabine de pilotage.
Leur décryptage ne devrait, cependant, pas permettre de déterminer qui a abattu l’avion de ligne.

Pour la première fois, le commandant d’un bataillon séparatiste a reconnu que les rebelles avaient eu des missiles Buk entre les mains, dans une interview réalisée par l’agence de presse Reuters.

Alexander Khodakovski explique à mots couverts que la batterie de missiles aurait pu être renvoyée en Russie après le drame pour maquiller les preuves. Des révélations qu’il a depuis démenties, malgré l’enregistrement sonore de l’entretien.

Par ailleurs, deux avions de chasse ukrainiens ont été abattus, ce mercredi, à quelques dizaines de kilomètres de la zone du crash.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Provocations et dialogue de sourds : la diplomatie en panne au Proche-Orient