DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Centrafrique : signature d'un accord de cessez-le-feu fragile pour la paix


République Centrafricaine

Centrafrique : signature d'un accord de cessez-le-feu fragile pour la paix

Après huit mois d’un déchaînement de violences intercommunautaires, le forum de Brazzaville est parvenu à la signature d’un texte paraphé par les deux principaux belligérants, les milices anti-balaka, formées majoritairement de combattants chrétiens et la Séléka, à dominante musulmane.

“Cet accord n’est pas un accord signé entre seulement l’ex-coalition Seleka et les anti-Balaka. Cet accord de cessation des hostilités engage tous les signataires, c’est-à-dire toutes les composantes de la nation centrafricaine. On doit cesser les hostilités, les hostilités verbales, les hostilités armées, de toute nature, pour ramener la paix dans notre pays”, précise le Général Mohamed Moussa Dhaffane.

“C’est ici derrière moi qu‘à été discuté puis signé l’accord de fin des hostilités en Centrafrique. Un accord qui implique toutes les parties qui étaient en présence. Reste maintenant à savoir si la Présidente par intérim et les chefs de milices parviendront à appliquer directement sur le terrain cet accord, dans un pays qui, au cours de ces 18 derniers mois, a connu des milliers de morts et des milliers de déplacés”, explique notre envoyé spécial François Chignac.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

L'épave de l'avion d'Air Algérie localisée près de Gossi au Mali