DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Démission du Premier ministre ukrainien: éléments d'explication


Ukraine

Démission du Premier ministre ukrainien: éléments d'explication

Le chef du gouvernement ukrainien Arseni Iatseniouk a annoncé ce jeudi qu’il démissionnait de son poste. Une annonce qui a pris tout le monde de court. Pour en parler, Maria Ieshchenko a interrogé une des correspondantes d’euronews à Kiev, Maria Korenyuk.

Maria Ieshchenko, euronews :
La démission du Premier ministre Arseni Iatseniouk a été une surprise. Quelles ont été les réactions dans la classe politique et dans la population ?

Maria Korenyuk, euronews :
Les gens avec qui nous avons pu parler ont différents points de vue. Ce qui ressort, ce n’est pas de la colère, mais plutôt une sorte de déception. Ils sont un peu déçus que le Premier ministre ait pris cette décision alors que la période est délicate pour l’Ukraine. Mais il faut souligner qu’Arseni Iatseniouk reste très populaire en Ukraine. Ils sont nombreux ceux qui espèrent même qu’il redeviendra Premier ministre.
Dans la classe politique et chez les experts, les avis sont partagés. Certains affirment que le Premier ministre ne s’entendait pas avec le Président Poroshenko. D’autres estiment que Iatseniouk se prépare déjà pour les futures élections législatives, et qu’en démissionnant, il se met d’une certaine manière à l’abri car il n’aura désormais plus à assumer directement des mesures impopulaires, notamment en matière d’austérité.
Et puis, il y a une chose sur laquelle tout le monde est d’accord, c’est que Iatseniouk était sous la pression de son propre gouvernement, de son propre camp qui n’acceptait pas certaines de ses initiatives.

Maria Ieshchenko :
En cette période délicate, l’Ukraine ne peut pas vraiment se permettre de ne pas être dirigée. Est-ce que le gouvernement agit ? Quelle est sa légitimité ?

Maria Korenyuk :
C’est sûr qu’en ce moment, avec une coalition qui a éclaté, et un Premier ministre qui a démissionné, c’est une situation qui ne peut pas durer, l’Ukraine ayant particulièrement besoin d‘être dirigée. Il y a beaucoup de questions en suspens, comme par exemple les dépenses militaires, la réforme fiscale ou encore la question du transport de gaz en Ukraine.
Le Premier ministre par intérim, Volodymyr Groïsman, a indiqué que dans l’immédiat, il n‘était pas question de modifier la composition du gouvernement, et qu’il n’y avait aucune raison de s’inquiéter.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'Australie envoie une équipe pour enquêter sur le crash aérien en Ukraine