DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Afrique : l'inquiétude redouble face à l'épidémie d'Ebola

Vous lisez:

Afrique : l'inquiétude redouble face à l'épidémie d'Ebola

Taille du texte Aa Aa

Le Nigeria, le pays le plus peuplé du continent a annoncé son premier cas confirmé sur son sol. Un Libérien est décédé dans un centre sanitaire à Lagos, la capitale économique. Le pays a placé tous ses ports et aéroports en alerte et la principale compagnie aérienne a suspendu ses liaisons avec le Liberia et la Sierra Leone.

L‘épidémie, en cours depuis le début de l’année a déjà fait plus de 670 morts selon l’OMS. Elle s’est déclarée en Guinée avant d’affecter le Liberia puis la Sierra Leone, trois pays voisins. Au Libéria, une ONG américaine a placé en quarantaine deux Américains, dont un médecin, engagés dans la lutte contre l‘épidémie et qui y ont été contaminés.

Le département d‘État américain a immédiatement réagi en précisant suivre au plus près l‘évolution de l‘épidémie. Washington affirme renforcer son soutien logistique et sanitaire aux pays touchés tout en s’inquiétant d’une possible propagation comme un “feu de forêt”.

Le problème de cette fièvre, c’est qu’il n’existe aucun vaccin. Le virus Ebola se transmet par contact direct avec les fluides corporels ou les tissus des personnes ou des animaux infectés. Et le taux de mortalité est très élevé.

Mais c’est désormais la Sierra Leone qui inspire les plus fortes appréhensions. Selon Médecins Sans Frontières est, elle est devenue “le nouvel épicentre de l‘épidémie “, et même la capitale Freetown a été touchée par des cas. Au 23 juillet, il y était dénombré 525 cas dont 224 mortels, en grande partie dans des localités de l’est du pays.