DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Entente cordiale à Athène entre Juncker et Samaras


Grèce

Entente cordiale à Athène entre Juncker et Samaras

Jean-Claude Juncker a appelé à “la vigilance” sur le front économique, estimant que la crise n’est pas encore terminée. Il l’a dit à l’occasion de sa première visite officielle dans un Etat membre de l’Union européenne, la Grèce, depuis son élection à la tête de la Commission européenne.

Jean-Claude Juncker : “Nous ne sommes pas à la fin de cette guerre. Je veux juste souligner que nous devons continuer, nous devons avoir la volonter d‘économiser l’argent, tous les gouvernements doivent le faire, pas uniquement ceux du sud de l’Europe.”

Sous perfusion financière internationale pour la cinquième année consécutive, Athènes espère sortir de la récession d’ici à la fin de cette année.

Dimitris Tsiodras, analyste politique : “La Grèce attend plus de choses de la part de M Juncker que de M Barroso. Elle attend que des problèmes graves comme le chômage, la protection sociale par exemple soient traitées d’une façon plus efficace par la nouvelle Commission et son nouveau président.”

Le Premier ministre grec a loué le rôle et le programme du nouveau président de la Commission, qui incarne, selon lui, “la solidarité européenne”.

Stamatis Giannisis, Euronews : “M Juncker est à Athènes pour plusieurs raisons. Tout d’abord pour remercier le Premier ministre grec Samaras pour avoir fortement soutenu sa candidature à la présidence de la commission européenne mais aussi pour encourager le gouvernement grec à poursuivre ses réformes économiques.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Guerre : la responsabilité du présent et de l'avenir