DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Portugal débloque plus de 4 milliards d'euros pour sauver Banco Espirito Santo


entreprises

Le Portugal débloque plus de 4 milliards d'euros pour sauver Banco Espirito Santo

L’Etat portugais va aider la banque en difficulté Banco Espirito Santo.
Cet empire financier familial, dont le Crédit agricole est le deuxième actionnaire avec 14.6% du capital, avait annoncé la semaine dernière une perte de 3.6 milliards d’euros.
L’union européenne a donné son feu vert à ce renflouement par l’Etat, peu après la conférence de presse du gouverneur de la Banque centrale Carlos Costa. :

“Le risque de cessation de paiement et d’incapacité à remplir ses obligations constitutait un risque très élevé de contagion, mettant en question la stabilité du système financier national. La Banque du Portugal a adopté des mesures de résolution, dont la création d’une nouvelle banque.”

Baptisée Novo Banco, cette banque dite “bonne” va être recapitalisée à hauteur de 4,9 milliards d’euros.
Les actifs les plus toxiques iront quant à eux dans une mauvaise banque, et incomberont à la famille Espirito Santo.

“Dans les rues de Lisbonne, observe la journaliste d’euronews Patrica Cardoso, les gens ne cèdent pas à la panique, il vont à leur agence bancaire pour demander des informations.
L’argent que va utiliser le gouvernement est ce coussin de fonds datant du prêt de la Troïka et destiné aux situations de crise. Mais la somme que le gouvernement va prêter au fond de résolution correspond à 2.6% du PIB du Portugal, ce qui va déclencher un déficit, à moins d’une recapitalisation avant la fin de l’année.”

Si ce plan, a assuré Carlos Costa, “ne comporte aucun risque pour les finances publiques et les contribuables”, il reste un revers pour le Portugal, qui émerge à peine d’un plan de sauvetage de 78 milliards d’euros sur 3 ans.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

entreprises

Sanctions contre Moscou : Dobroliot suspend ses vols