DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le ton se durcit de nouveau dans l'Est de l'Ukraine


Ukraine

Le ton se durcit de nouveau dans l'Est de l'Ukraine

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso a mis en garde Vladimir Poutine contre toute intervention en Ukraine, “quel que soit le motif, y compris humanitaire” lors d’un entretien téléphonique bilatéral. Le président russe s’est dit prêt à envoyer un “convoi humanitaire”.

Offre déjà refusée par les Occidentaux, Etats-Unis en tête durant le week-end.

Une perspective dénoncée également par le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen qui a affirmé qu’“il existait une forte probabilité de voir l’armée russe intervenir dans l’est de l’Ukraine. Nous voyons les Russes mettre au point un discours et une excuse à une telle intervention sous le prétexte d’une opération humanitaire et nous voyons une préparation militaire qui pourrait être utilisée pour mener une telle action militaire illégale”.

Ce ballet diplomatique intervient alors que sur le terrain, l’armée ukrainienne se dit en “phase finale” pour reprendre Donetsk. Les militaires expliquent qu’ils sont parvenus à couper totalement le principal bastion des séparatistes pro-russes de la frontière avec la Russie et de Louhansk, leur autre fief stratégique.

Mais Kiev craint une intervention de Moscou. Selon son conseiller national à la sécurité : “la Russie a déjà massé plus de 45 000 soldats, des chars, des avions et des hélicoptères de combat près de la frontière avec l’Ukraine”, affirme Andriy Lysenko.

Depuis plusieurs jours, les forces ukrainiennes ont resserré leur étau. Donetsk a résonné du bruit des frappes d’artillerie lourde ces dernières heures. L’armée a appelé les rebelles à se rendre, mais ces derniers refusent selon le leader de leur république autoproclamée de Donetsk, Alexandr Zakharchenko : “pour le moment, les unités militaires de la République de Donetsk sont prêtes à 100 % pour une contre-attaque.”

L’armée ukrainienne a demandé à la population civile de quitter la ville même si certains ont préféré se réfugier dans leurs abris.

Seul espoir à noter. Moscou et Kiev se sont mis d’accord pour que la Croix-Rouge effectue une mission humanitaire dans l’Est de l’Ukraine. Une initiative saluée et soutenue par la Maison Blanche.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Gaza : une trêve respectée