DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Washington juge l'évacuation des déplacés en Irak "peu probable"


Irak

Washington juge l'évacuation des déplacés en Irak "peu probable"

Changement de pied de Washington face aux populations déplacées en Irak. Après l‘évocation d’un possible “génocide” par le président Barack Obama, le Pentagone estime à présent que les réfugiés sont beaucoup moins nombreux et vivent dans de meilleures conditions que prévu. Conséquence : l‘évacuation des minorités religieuses, yézidie et chrétienne notamment ,est désormais jugée “beaucoup moins probable”.

Pourtant, d’après le haut commissariat de l’ONU aux réfugiés, la région montagneuse de Sinjar abriterait entre 20 000 et 30 000 personnes toujours bloquées sans eau ni nourriture.

Quelque 7 000 yézidis s’entassent dans le camp de Zakho, dans le Kurdistan irakien, qui ne cesse de grossir. La plupart ont marché douze heures, parfois davantage. Une fois arrivés, beaucoup tentent de soigner leurs pieds blessés avec les moyens du bord.

La France joint ses efforts aux Etats-Unis et au Royaume-Uni pour délivrer l’aide humanitaire.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Face à Ebola, la Guinée décrète à son tour l'état d'urgence