DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Embargo russe : mobilisation en Europe et augmentation des prix en Russie


monde

Embargo russe : mobilisation en Europe et augmentation des prix en Russie

Une mesure à double tranchant ? L’embargo décidé début août par la Russie, en représailles aux sanctions occidentales liées à la situation en Ukraine, aurait entraîné une augmentation des prix de certains aliments sur le sol russe. Des médias citant le journal Kommersant, indiquent qu‘à Saint-Pétersbourg le prix du porc a augmenté de 23 % et celui du poulet de 25%.

L’embargo russe concerne le bœuf, le porc, la volaille, le poisson, le fromage, le lait, et les fruits et légumes en provenance de l’Union européenne, des États-Unis, de l’Australie, du Canada et de la Norvège.

Il a été décidé pour une période d’un an, mais le président russe, lui-même, a espéré lundi qu’il ne durerait pas longtemps. “Il s’agit des mesures forcées que nous avons naturellement été obligés de prendre. J’espère qu’elles ne seront pas appliquées pendant trop longtemps”, a indiqué Dmitri Medvedev.

Mangez des pommes, mobilisation sur internet

La Pologne compte parmi les pays les plus exposés à l’embargo russe. Elle a exporté en 2013 vers la Russie des produits agroalimentaires pour environ 1,3 milliard d’euros. Parmi ces produits, la pomme.

L’annonce de l’embargo a entraîné une mobilisation des internautes polonais, appelant notamment à manger plus de pommes et à boire du cidre.
Bus

Inquiétude des producteurs occidentaux

Les représailles russes ont semé l’inquiétude parmi les producteurs occidentaux.

Lundi, la Commission européenne a annoncé le déblocage de quelque 125 millions d’euros pour soutenir le secteur maraîcher de l’UE.

Ces mesures de soutien du marché via des retraits indemnisés de produits concernent les carottes, tomates, choux blancs, poivrons, choux-fleurs, concombres, cornichons, champignons, pommes, poires, fruits rouges, raisins de table et kiwis, a précisé la Commission dans un communiqué.

Grands fournisseurs de légumes périssables et de fruits à la Russie, la Pologne, la Lituanie, la Belgique et les Pays-Bas devraient être les principaux bénéficiaires de ce soutien.

Les aides européennes “dépasseront les 125 millions d’euros annoncés”, a assuré ce mercredi le ministre polonais de l’Agriculture.

Une réunion exceptionnelle des ministres de l’Agriculture est par ailleurs prévue le 5 septembre à Bruxelles pour faire le point sur l’impact de l’embargo russe.

Avec AFP et EFE

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

[Le fil de la journée] - décapitation de James Foley, opposition au Pakistan...