DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Voiture de collection : la folie Ferrari

Vous lisez:

Voiture de collection : la folie Ferrari

Taille du texte Aa Aa

Dans l’agenda de tout bon « jet-setter » qui se respecte, il y a des rendez-vous incontournables. La chose automobile tient une place prépondérante dans ces événements, à l’image du concours d’élégance automobile de Peeble Beach qui s’est terminé dimanche dernier en Californie. Pendant une semaine, les propriétaires de vénérables machines ou de bolides plus contemporains ont exposé leurs rutilantes mécaniques aux yeux d’un public de connaisseurs. En jeu : le titre de « Best of the Show», la plus belle voiture du rassemblement. Cette année la prestigieuse récompense à été décernée à un modèle issu des ateliers de Maranello en Italie, une Ferrari 375 MM Scaglietti de 1954.


La Ferrari 375 MM Scaglietti de 1954 qui a remporté le concours d‘élégance

Parallèlement au concours d’élégance, une série de ventes aux enchères a été organisée, où les acheteurs potentiels ont pu jeter leur dévolu sur des modèles d’exception. Et là aussi, c’est la vénérable Scuderia qui s’est distinguée. Une 250 GTO (photogarphie principale de l’article), l’un des modèles les plus prisées par les collectionneurs les plus fortunés, a en effet été adjugée pour plus de 38 millions de dollars (28,5 millions d’Euros), soit le record absolu pour une voiture de collection mise aux enchères. L’exemplaire en question est sorti des chaînes de production en 1962. Frappée de numéro de châssis n° 3851GT, la voiture avait été acquise par les pilotes français Jo Schlesser et Henri Oreiller pour participer au Tour de France automobile 1962. Ils termineront seconds de cette compétition. Mais un drame vient alors endeuiller la jeune histoire de la voiture. Le 7 octobre 1962, l’un de ses propriétaires, l’ancien skieur alpin Henri Oreiller se tue à son volant lors d’une épreuve organisée sur le circuit de Linas-Montlhéry en région parisienne. La voiture a été ensuite entièrement reconstruite dans l’usine Ferrari. Puis la voiture a changé deux fois de mains, avant d’être acquise par le collectionneur italien Fabrizio Violati en 1965, qui la conserva jusqu’à sa mort en 2010. La voiture a rejoint alors le musée automobile “Maranello Rosso”, fondé de son vivant par Violati. La 250 GTO 3851GT s’apprête donc à connaître une nouvelle vie.

La Ferrari 250 GTO, l’un des meilleurs placements de tous les temps ?


Considérée comme La Joconde de l’automobile, la 250 GTO a été produite, à la main, entre 1962 et 1964. La vocation de cette voiture était de participer à des courses de grand tourisme, des épreuves qui pouvaient se dérouler sur des circuits mais aussi sur des routes classiques. L’acronyme GTO, pour Gran Turismo Omologato, soit homologué pour les épreuves de Grand Tourisme, renvoie ainsi à ce cahier des charges.
Le nombre 250 n’est également pas choisi au hasard ; il correspond au volume en cm3 de chaque cylindre du moteur. Seulement 36 modèles (33 serie 1 et 3 Type 64), ou 39 si l’ont y adjoint les trois exemplaires dont le moteur V12 a été porté à 4 litres contrairement aux trois litres du modèle « classique », ont été construits.
Les 250 GTO sont donc exclusives et rares, et comme tout ce qui est rare est cher… Le palmarès sportif de ces voitures renforce cette exclusivité de ce qui est pour beaucoup l’un des chefs d’œuvres de l’automobile.
Sur le marché des véhicules d’occasion, la côte de la 250 GTO n’a cessé de s’envoler. Si l’un des exemplaires qui a été vendu à Peeble Beach le weekend dernier détient le titre de la voiture la plus chère vendue aux enchères, une autre 250 GTO est devenue la voiture la plus chère du monde. En octobre 2013, la GTO5111GT a été en vendue 52 millions de dollars, soit 38 millions d’euros lors d’une vente privée. Chose remarquable : toutes ces voitures existent toujours. Ainsi, lorsqu’une d’elle se présente sur le marché, la tentation est grande chez le collectionneur pour décrocher ce Graal mécanique. Comme la demande sera toujours croissante et l’offre toujours limitée, les prix ne cesseront de grimper. Et « mathématiquement » cette inflation se reporte sur d’autres modèles moins prestigieux et plus nombreux de la Scuderia. Frustrés de ne pouvoir acquérir une 250 GTO, les amateurs se tournent vers des automobiles plus en accord avec leurs moyens financiers.

400 millions de dollars

Plus de mille voitures avaient été mises aux enchères, notamment par les maisons Bonhams, Gooding &Co. et RM Auctions, lors des ventes aux enchères organisées durant cette édition de Peeble Beach. Au moins 745 coups de marteau ont été donnés cette année. Le montant total des transactions s’est elevé à plus de 400 millions de dollars. Et à nouveau, le cheval cabré s’est illustré. Parmi les plus importantes ventes, Ferrari truste ainsi neuf places sur les dix premières. Seule une version spéciale de la Ford GT 40 a réussi à s’immiscer dans le top 10 en 7e position. Ferrari, ou l’hégémonie sur le marché des voitures de collection !

Le top 10 de Peeble Beach 2014 :

  1. Ferrari 250 GTO Berlinetta de 1962 : 38 115 000 $, vendue par Bonhams
  2. Ferrari 275 GTB/C Speciale de 1964 : 26 400 000 $, vendue par RM Auctions
  3. Ferrari Ferrari 250 GT SWB California Spider de 1961 : 15 180 000 $ vendue par Gooding
  4. Ferrari 250 LM de 1964 : 11 550 000 $, vendue par RM Auctions
  5. Ferrari 275 GTB/4 de 1967 : 10 175 000 $, vendue par RM Auctions
  6. Ferrari 250 Mille Miglia Berlinetta de 1953 : 7 260 000 $, vendue par Bonhams
  7. Ford GT40 Roadster Prototype de 1965 : 6 930 000 $, vendue par RM Auctions
  8. Ferrari 250 GT Short-Wheelbase Speciale Aerodinamica de 1962 : 6 875 000 $, vendue par Bonhams
  9. Ferrari 250 GT Series 1 Cabriolet de 1958 : 6 820 000 $, vendue par Bonhams
  10. Ferrari 250 GT Series I Cabriolet de 1959 : 5 610 000 $, vendue par Gooding

  • Peeble Beach 2014

    1 - Ferrari 250 GTO Berlinetta de 1962 (© Bonhams)

  • Peeble Beach 2014

    2 - Ferrari 275 GTB/C Speciale de 1964 (© RM Auctions)

  • Peeble Beach 2014

    3 - Ferrari Ferrari 250 GT SWB California Spider de 1961 (© Gooding)

  • Peeble Beach 2014

    4 - Ferrari 250 LM de 1964 (© RM Auctions)

  • Peeble Beach 2014

    5 - Ferrari 275 GTB/4 de 1967 (© RM Auctions)

  • Peeble Beach 2014

    6 - Ferrari 250 Mille Miglia Berlinetta de 1953 (© Bonhams)

  • Peeble Beach 2014

    7 - Ford GT40 Roadster Prototype de 1965 (© RM Auctions)

  • Peeble Beach 2014

    8 - Ferrari 250 GT Short-Wheelbase Speciale Aerodinamica de 1962 (© Bonhams)

  • Peeble Beach 2014

    9 - Ferrari 250 GT Series 1 Cabriolet de 1958 (© Bonhams)

  • Peeble Beach 2014

    10 - Ferrari 250 GT Series I Cabriolet de 1959 (© Gooding)

Cette tendance haussière ne touche pas que les super-cars. Des modèles grand public voient également leur cote monter en flèche. Ainsi, il n’est pas rare de trouver des exemplaires des ultra-populaires fiat 500, la fameuse cinquecento, ou Citroën 2cv aux alentours de 10 000 euros. Certes les modèles en question sont dans un état quasi parfait. Quelle sera la prochaine perle rare ?