DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les Occidentaux condamnent l'entrée du convoi russe en Ukraine


Ukraine

Les Occidentaux condamnent l'entrée du convoi russe en Ukraine

Face au concert de critiques qui s’abattent sur Moscou, l’ambassadeur de la Russie à l’Onu a tenu à clarifier les choses, lors d’une réunion extraordinaire du conseil de sécurité, ce vendredi, à New York, à l’initiative de la Lituanie.

“Les Etats-Unis n’ont pas le monopole de l’humanisme” a dit Vitaly Churkin avant d‘évoquer un accord de principe donné par Kiev au convoi :

“nous n’avons commencé à bouger que lorsque nous avons reçu du gouvernement ukrainien un document disant qu’il était prêt à accepter cette aide. C’est une opération vraiment majeure, des gens sont dans le besoin. On ne pouvait plus supporter qu’on se moque de nous de la sorte, donc nous sommes allés de l’avant et nous espérons que l’aide humanitaire sera distribuée dans de bonnes conditions”, a indiqué l’ambassadeur russe.

L’Ukraine dément et parle de “violation de sa souveraineté”.

Kiev a précisé que l’aviation n’avait jamais eu l’intention de bombarder le convoi, pour ne pas faire le jeu de la Russie, autrement dit pour ne pas donner de prétexte à Moscou d’intervenir militairement dans l’est de l’Ukraine.

“La Russie ne peut pas justifier ses actes en invoquant l’urgence de livrer l’aide humanitaire dans l’est de l’Ukraine”, a déclaré Oleksandr Pavlichenko, l’ambassadeur adjoint de l’Ukraine à l’ONU. “Nous n’avons pas connaissance de la teneur de l’accord sans doute passé entre la Russie et les insurgés de Louhansk mais nous n’excluons pas l’hypothèse d’une provocation planifiée”.

Réactions unanimes de l’Union européenne et des Etats-Unis.

Tous dénoncent une “claire violation” de la frontière entre les deux pays.

Washington a exigé de la Russie “qu’elle retire immédiatement” le convoi et son personnel russe d’Ukraine sous peine de nouvelles sanctions.

D’après le Pentagone, Moscou aurait les moyens matériels d’envahir rapidement l’est du pays, avec plus de 10000 soldats présents à la frontière.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Des camions russes à moitié vides déchargés à Louhansk