DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

UE-Russie : l'effet boomerang des sanctions


monde

UE-Russie : l'effet boomerang des sanctions

Les analystes parlent déjà de l’effet boomerang. Les sanctions de l’Union Européenne envers la Russie, et de la Russie vers l’Union sont en train de toucher très sérieusement les économies de pays comme la France, l’Espagne, l’Italie, et même l’Allemagne. 130.000 emplois son en jeu en Europe. Comment expliquer une telle situation ?

La Russie est le troisième partenaire commercial de l’Union, et l’UE le premier partenaire de la Russie. Mais la balance commerciale est nettement en défaveur de l’Europe : 86,7 milliards d’euros en 2013, selon les chiffres publiés par la Commission. Les Vingt-Huit importent beaucoup plus qu’ils n’exportent.

Et la situation risque d’empirer avec l’embargo russe qui touche les fruits et légumes, la viande, le poisson ou le lait. L’Union européenne a déjà débloqué 125 millions d’euros pour soutenir les producteurs.

‘‘Les marchés extérieurs nous donnaient beaucoup de satisfaction, explique Luigi Nigro, conseiller technique auprès des agriculteurs de la région des Pouilles, en Italie. L’embargo renforce la volonté de nos producteurs, mais c’est en même temps une source de grande préoccupation.’‘

Les conséquences pour l‘économie européenne sont importantes. La Pologne pourrait ainsi voir son PIB reculer de 0,6 %. De son côté, Moscou indique que l’inflation en Russie va augmenter d’un point cette année.

D’autres sanctions pourraient viser le pétrole ou le gaz ; mais l’hiver approche et l’Union européenne a besoin des ressources naturelles russes. L’Allemagne, par exemple, importe de Russie plus de 40 % du gaz qu’elle consomme. Pour les experts, il n’y actuellement pas d’alternative au gaz russe.
‘‘Le problème, ce n’est pas qu’il va y avoir des coupures de gaz.
Le problème principal, c’est que le gaz ne sera pas distribué partout en Europe, indique l’expert ukrainien Valentyn Zemlianski. Les problèmes que l’on avait rencontrés en 2009 sembleront mineurs, comparé à ceux que nous aurons à l’avenir. C’est pourquoi l’Union européenne coopère avec la Russie pour éviter une telle situation.’‘

Sur le dossier énergétique l’Union Européenne est face à un choix difficile : le gaz russe ou le froid sibérien.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Des soldats russes arrêtés dans l'Est de l'Ukraine en "mission commandée"