DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turquie : journée de passation de pouvoir


Turquie

Turquie : journée de passation de pouvoir

Melis Ozoglu, euronews :
“Nous retrouvons notre correspondant Bora Bayraktar qui se trouve à Ankara pour cette journée historique.
Recep Tayyip Erdoğan, qui est le premier président de l’histoire de la Turquie élu au suffrage universel direct, a donc officiellement pris ses fonctions après avoir prêté serment au parlement. Quelles sont vos impressions ?”

Bora Bayraktar, correspondant d’euronews en Turquie :
‘‘Nous nous trouvons devant le palais Cankaya, la présidence a été confiée à Recep Tayyip Erdoğan, qui comme vous l’avez rappelé, a été pour la première fois, directement élu par les citoyens douzième président de la République de Turquie.
À la cérémonie de prestation de serment, il a été félicité non seulement par le président du parlement, mais il y a également eu une cérémonie militaire puisqu’il est désormais le commandant-en-chef des forces armées turques. Il y a eu un léger problème lors de la cérémonie : les membres des partis d’opposition étaient initialement présents, mais ils ont quitté la cérémonie à cause d’un différend procédural. La cérémonie s’est néanmoins poursuivie et Erdoğan est officiellement devenu président.”

euronews :
“Le président Erdoğan va confier au chef du parti AKP Ahmet Davutoglu la tâche de former le nouveau gouvernement. Deux portefeuilles attirent l’attention : l‘Économie et les Affaires étrangères. Est-ce que des noms circulent pour occuper ces postes ?”

B. Bayraktar :
“Melis, tout d’abord, en ce qui concerne le ministère de l‘Économie, il y a un consensus pour dire qu’il n’y aura pas de changement et qu’Ali Babacan restera ministre de l‘Économie. On s’attend également à ce que le ministre des Finances Mehmet Şimsek conserve son poste. Mais bien sûr, le dernier mot reviendra à Ahmet Davutoglu, qui est passé de chef de la diplomatie à Premier ministre. Rien n’est sûr pour le ministère des Affaires étrangères. Certaines rumeurs évoquent l’actuel ministre en charge des relations avec l’Union européenne, Mevlut Cavusoglu, mais rien n’est sûr.”

euronews :
“Enfin, quel avenir attend le désormais ex-président Abdullah Gül ?”

B. Bayraktar :
“L’ancien président Abdullah Gül est une figure clé de l’AKP. Il en est l’un des co-fondateurs. Il a occupé le poste de ministre des Affaires étrangères et ensuite, il a été président. Il n’a pas l’intention de quitter la politique. Lors de son dernier discours, il a déclaré, je cite : “je ne rentre pas à la maison m’occuper de ma petite-fille.” Mais dans ce nouvel AKP, il n’y a pas vraiment de poste disponible pour Abdullah Gül parce qu’il n’est pas député. Il devrait probablement servir de conseiller au sein de l’AKP jusqu’aux prochaines élections législatives.”