DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ebola : au Libéria les patients affamés fuient la quarantaine imposée par les hôpitaux

Cette terrible scène se passe au Libéria où le virus d’Ebola n’arrête pas de faire des ravages. Un patient du centre médical à Monrovia s’échappe en voulant fuir l’obligation de la mise en quarantaine imposée par l’établissement. Errant sur le marché à la recherche de nourriture, il est ensuite contraint à regagner le centre dans une ambulance.

Une telle scène n’est pourtant pas rare dans ce pays où de plus en plus de malades s’enfuient des hôpitaux où ils sont détenus en quarantaine. En effet, le Programme alimentaire mondial (PAM) ne cesse de réclamer une aide immédiate de 85 millions de dollars (environ 65 millions d’euros) pour subvenir aux besoins des victimes de la fièvre hémorragique Ebola en Afrique de l’Ouest. Cette agence de l’ONU souhaite aider 1,3 millions de personnes. Plus précisément, le PAM a besoin de 70 millions de dollars pour nourrir ces personnes, de plus sept millions pour les services aériens et un peu plus de sept millions pour la logistique.

Comme indiquent les Nations unies, le manque de la main-d’œuvre, l’interruption du commerce transfrontalier ainsi que des pénuries dus au développement de la maladie suscitent de « fortes inquiétudes sur la sécurité alimentaire » dans les pays les plus touchés par l‘épidémie.

Selon les précisions de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les restrictions au niveau des déplacements dans les trois pays concernés (Guinée, Libéria, Sierra Leone) ont provoqué le phénomène des achats impulsifs dictés par la panique, des pénuries de nourriture et de fortes hausses des prix. La situation est d’autant plus inquiétante que les trois pays sont importateurs nets de céréales. Le Libéria reste “le plus dépendant des approvisionnements externes”, souligne la FAO.

Le virus d’Ebola a fait plus de 1550 morts sur 3069 cas recensés au 26 août dernier par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 694 ont été enregistrés au Libéria, 430 en Guinée et 422 en Sierra Leone.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

1914, la mort de Péguy, mon arrière grand-­père