DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Hong Kong face à une dilemme


Chine

Hong Kong face à une dilemme

C‘était lundi soir à Hong Kong. 19 personnes ont été arrêtées pour avoir protesté contre la décision de Pékin de limiter la portée du suffrage universel sur l‘île. Les activistes pro-democratie s‘étaient rassemblés devant l’hôtel où logeait le haut responsable chinois, chargé de communiquer la décision aux Hongkongais. Li Fei, vice-président de la Commission législative de l’Assemblée nationale chinoise, a ainsi expliqué la réforme électorale qui sera appliquée en 2017, lors de l‘élection du chef de l’exécutif de Hong Kong. Ce dernier sera bien élu au suffrage universel, mais les électeurs n’auront le choix qu’entre deux ou trois candidats, sélectionnés par une Commission spéciale proche de Pékin.

L’opposition hongkongaise dénonce une “contrefaçon démocratique’‘. “Le régime chinois essaye de détruire ce qu’il a promis au peuple de Hong Kong, c’est-à-dire : un pays, deux systèmes. Avec le suffrage universel, aucun candidat ne doit être censuré’‘, explique Leung Kwok-Hunm, un député de l’opposition.

La réforme, approuvée dimanche par le Parlement chinois, doit être ratifiée par les deux tiers des 70 sièges qui composent le Conseil législatif de Hong Kong. 25 députés ont déjà fait savoir qu’ils voteraient contre. Devant le risque que le texte ne passe pas, l’actuel chef de l’exécutif, Leung Chun-ying, a tenté d’apaiser les tensions. “La réforme n’a pas été conçue pour exclure des hommes ou des partis politiques hongkongais qui voudraient se présenter au poste de chef de l’exécutif.’‘

Si la reforme est abandonnée, l‘élection de 2017 aura lieu selon la règle actuelle, qui ne permet pas d‘élire directement les candidats. Les Hongkongais se retrouvent donc face un dilemme. Les opposants ont, eux, annoncé une campagne de désobéissance civile. Ils menacent notamment d’occuper le quartier d’affaires.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Birmanie : une couronne contre des excuses