DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mogherini en quête de soutiens au Parlement européen


Le bureau de Bruxelles

Mogherini en quête de soutiens au Parlement européen

C‘était le tout premier test de Federica Mogherini en tant que future représentante de la diplomatie européenne. Désignée samedi dernier, la ministre italienne prendra son poste européen en novembre. Et elle s’est frottée sans attendre à la commission Affaires étrangères du Parlement européen. Une audition dominée par la question ukrainienne et les relations avec la Russie.

“ Le partenariat stratégique avec la Russie est terminé, clairement terminé, a-t-elle martelé. Cela a été le choix de Moscou et c’est aussi la conséquence de ce qui se passe sur le terrain. “

Un langage sans doute destiné à faire mentir ceux qui l’accusent d‘être pro-russe. Mais l’eurodéputé polonais Jacek Saryusz-Wolski n’est pas convaincu.

“ Sur la Russie et l’Ukraine, Mme Mogherini a changé sa réthorique mais je n’y crois pas, dit-il. Je crains que ce soit seulement un changement de réthorique et pas de position. Elle est à la traine derrière les événements sur le terrain, la guerre en cours, et elle n’a pas de propositions à faire. “

“ J’ai été positivement surprise, nous confie l‘élue portugaise Ana Gomes. Elle a montré une grande connaissance des différents dossiers. Elle a montré qu’elle était réaliste tout en étant ambitieuse, et elle qu’elle n’avait pas peur de dire ce qu’elle pensait. “

La diplomate italienne, qui est ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de centre-gauche de Matteo Renzi depuis six mois, succèdera à la Britannique Catherine Ashton.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Les nouvelles sanctions envisagées contre la Russie