DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

REACH : des opportunités pour les PME


business planet

REACH : des opportunités pour les PME

Qui pourrait croire qu’un règlement européen comme REACH dont l’objectif est de sécuriser l’utilisation et la fabrication de produits chimiques dans l’industrie, peut aussi représenter une véritable opportunité de business pour les PME ? C’est pourtant le cas !

Une entreprise de Manchester par exemple l’a bien compris. Elle commercialise un produit inédit au Royaume-Uni : des bandes de recouvrement en PVC garanties sans phtalates, des substances chimiques nocives habituellement présentes dans ce type de produit. La réglementation REACH risquait d’en interdire l’utilisation : Andy Douglas, directeur général de Gemini Adhesives Group, en a fait une opportunité. “Je devais être sûr,” nous explique-t-il, “que si je remplaçais les phtalates, je devais le faire avec quelque chose qui soit durable. Il n‘était pas question de simplement contourner la difficulté en choisissant un autre phtalate ou un produit équivalent qui aurait pu causer le même genre de problèmes sanitaires,” poursuit-il, “donc j’ai utilisé REACH pour me guider dans tout cela.”

Ces produits utilisés dans les écoles et les hôpitaux possèdent aussi l’avantage d’assurer un collage ultra-efficace. Ce qui évite d’en faire des nids à microbes. Autre atout en matière de compétitivité : ces bandes de recouvrement ne sont pas plus chères que celles de la concurrence. Du coup, la demande ne cesse d’augmenter et cette PME est en pleine expansion. “Le lancement de ce produit a permis l’embauche de sept personnes pour assurer sa distribution et sa fabrication,” indique Andy Douglas avant d’ajouter : “notre chiffre d’affaires a progressé de 20 %, ce qui représente en terme financier, l‘équivalent d’1,26 million d’euros par an.”

En quoi consiste plus précisément cette réglementation européenne sur les produits chimiques ? Rappelons qu’elle impose aux industriels qui produisent ou importent ces substances de prouver leur innocuité. Des autorisations limitées sont données pour les plus dangereuses. Le système prévoit plusieurs phases : la première consiste à faire enregistrer ces substances comme nous l’explique l’un des meilleurs experts européens en la matière. Nous l’avons rencontré à Prague. “L’enregistrement est la première chose à faire si vous voulez mettre une substance sur le marché,” souligne Marko Sušnik, conseiller en politique chimique au sein de la Chambre économique fédérale d’Autriche et de l’association européenne de PME, UEAPME. “Si vous voulez poursuivre votre activité sans faire cet enregistrement, vous serez exclu du marché,” renchérit-il.

Pour savoir si vous êtes concernés et quelles sont les dispositions à prendre pour votre PME, vous pouvez vous tourner vers l’Agence européenne des produits chimiques ou encore vers des services nationaux d’assistance qui existent dans tous les pays de l’UE. “Les entrepreneurs peuvent trouver auprès d’eux, différents dossiers et fiches explicatives et obtenir l’interprétation juridique des textes,” indique Marko Sušnik. “Ils peuvent aussi se rapprocher de leurs associations professionnelles qui seront en mesure de leur donner une information ciblée, beaucoup plus adaptée à leur secteur et très pertinente par rapport à leur situation.”

Mais le mot de la fin revient à Andy Douglas, directeur général de Gemini Adhesives Group. Il nous livre ce qui pour lui, constitue les clés du succès : “comprendre la réglementation REACH, tirer avantage des conseils gratuits d’experts et chercher des opportunités de business dans les produits chimiques plus sûrs,” lance-t-il.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

business planet

Aider les PME dans leur quête de financement