DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Croatie : défendre la mémoire de l'île prison


Croatie

Croatie : défendre la mémoire de l'île prison

En Croatie, l‘île de Goli Otok est l’objet d’une polémique féroce. Ce bout de terre aride au nord de la Dalmatie fut pendant des années une île prison. Aujourd’hui, Zagreb veut vendre l‘île, mais les anciens prisonniers, comme les défenseurs de la mémoire des lieux, s’y opposent.

Zlatko Hill, 86 ans, est l’un des rares prisonnier politique survivant. Il se souvient du comité d’accueil : “Tous les prisonniers devaient se mettre en rang de chaque côté, dit-il, et ils crachaient sur les nouveaux arrivants et les frappaient.”

Entre 1949 et 1956, 13 000 personnes sont enfermées ici, des fidèles de Staline, lors de la rupture entre Tito et le maître de Moscou. 400 détenus vont y mourir. Goli Otok accueillit ensuite des prisonniers de droit commun jusqu’en 1989, avant d‘être abandonné.

Les amoureux de l‘île ne veulent pas qu’on y construise des hôtels de luxe, mais plutôt qu’on crée un mémorial, et qu’on invente une nouvelle forme de tourisme, basé sur la connaissance de la démocratie ou des droits de l’Homme.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Somalie : les shebab frappent à nouveau, 12 morts dans un attentat